Performance

Réunion

Signe de la reprise, Pôle Emploi recense 26 200 projets de recrutement

Michel Swieton, directeur régional de Pôle Emploi et Fabrice Marie-Rose, directeur régional adjoint : « En 2016, 6 600 formations sont financées par Pôle Emploi et avec les formations supplémentaires achetées par la Région, ce sont plus de 15 000 demandeurs d’emploi qui vont bénéficier d’une action de formation. » DR
C’est le résultat de l’enquête « Besoins en main d’œuvre 2016 » réalisée avec le concours du Credoc (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie). Un nombre en hausse de 16%par rapport à 2015.

Bien entendu, le chômage est loin d’être endigué à La Réunion puisqu’il demeure même le plus élevé de France (avoisinant les 30%) pour de multiples raisons comme la pression démographique, la croissance de la demande d’emplois des seniors et des femmes, le manque de qualification et de mobilité, etc. Pour autant, l’économie crée de l’emploi. Le 18 avril dernier, à l’occasion de la divulgation des résultats de l’enquête annuelle des « Besoins en main d’œuvre 2016 » des entreprises de La Réunion, le directeur régional de Pôle Emploi, Michel Swieton, a souligné « la relative bonne santé » de l’économie réunionnaise. « C’est cela qu’il faut mettre en avant : une vision positive de l’économie car elle est dynamique, elle vit et recrute. » L’enquête, qui vise à mieux connaître le marché local, anticiper les besoins en main d’œuvre et définir les besoins en formation, a permis de sonder 5 000 entreprises sur les 17 800 établissements interrogés sur la période novembre-décembre 2015. Parmi les principaux résultats, on constate une évolution continue du nombre de projets de recrutement depuis 2012 (16 600 projets à l’époque) avec 26 200 projets de recrutement en 2016 contre 22 600 en 2015. Des chiffres à nuancer cependant car le nombre de destructions d’emplois n’est pas pris en compte sur la même période. À noter que 56% des projets de recrutement émanent d’entreprises de 10 salariés et plus.

LE DYNAMISME DU SUD DE L’ÎLE

À l’image de la France entière, les services demeurent le principal vivier d’emplois et représentent plus des deux tiers des intentions d’embauche (68%). L’enquête met en évidence le dynamisme du Sud avec 8 400 projets de recrutement, soit plus de 28% en un an, alors que le Nord affiche 7 100 projets (+ 17%), l’Ouest 6 700 projets (+ 3%) et l’Est 4 000 projets (+ 17%). 
Le secteur privé – hors associations - représente plus de la moitié des projets de recrutement (55%) avec, en tête de liste, la construction (3 500 projets), suivie des services aux entreprises (3 200) et aux particuliers (2 900). Les associations représentent, quant à elles, 24% des projets de recrutement et recherchent essentiellement des jardiniers salariés, des professionnels de l’animation socioculturelle, des formateurs et des artistes. Quant au secteur public (21% des besoins), il recrute surtout des agents d’entretien de locaux, y compris des agents territoriaux, et des surveillants d’établissement scolaire. 

79% DES ENTREPRISES POINTENT L’INADÉQUATION DES PROFILS DES CANDIDATS 

Les métiers les plus recherchés se situent essentiellement dans les secteurs de la construction, de la vente et de la restauration : ouvriers non qualifiés du bâtiment ou qualifiés (maçons, plâtriers, carreleurs...), vendeurs en habillement, sport, loisirs, culture…, aides, apprentis, employés polyvalents de cuisine et attachés commerciaux. Selon les employeurs, les cinq métiers les plus difficiles à pourvoir sont maraîchers/horticulteurs salariés, vendeurs, animateurs sportifs (encadrants), ouvriers non qualifiés de l’emballage et manutentionnaires, agriculteurs salariés/ouvriers agricoles. 79% des entreprises pointent l’inadéquation des profils des candidats, 70% d’entre elles font face à une pénurie de candidats. Pour 53% d’entre elles, ce sont les conditions de travail proposées qui forment un obstacle. Enfin, 47% des entreprises évoquent comme difficulté de recrutement leurs moyens financiers et 15% leur déficit d’image.

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Réunion

Signe de la reprise, Pôle Emploi recense 26 200 projets de recrutement

Bien entendu, le chômage est loin d’être endigué à La Réunion puisqu’il demeure même le plus élevé de France (avoisinant les 30%) pour de multiples raisons comme la pression démographique, la croissance de la demande d’emplois des seniors et des femmes, le manque de qualification et de mobilité, etc. Pour autant, l’économie crée de l’emploi. Le 18 avril dernier, à l’occasi...