ID

Monde

Sous-marins nucléaires : la grave erreur de l'Australie

30 sep 2021 | PAR Alain Foulon | N°362

À l’heure de boucler cette édition, le service communication d’Air Austral m’adresse enfin quelques informations à propos des derniers comptes de la compagnie, introuvables alors que son année financière a été clôturée au 31 mars 2021. Jusqu’alors, ma demande n’avait reçu aucun écho, mais, apparemment, mon dernier éditorial, titré « Une bombe à retardement qui s’appelle Air Austral », a fait bouger les lignes. C’est ce qu’on pourrait appeler la magie du verbe. Voici donc la teneur du message : « Compte tenu du renouvellement du conseil administration de la Sematra, l’assemblée générale d’approbation des comptes a été reportée et se tiendra dans les prochaines semaines (…) Les résultats seront ainsi publiés après approbation des comptes en conseil d’administration, puis en assemblée générale, comme le veut le process habituel. » Rappelons que la Sematra est une société d’économie mixte détenue à 74 % par la Région Réunion et que ladite Sematra est actionnaire de la compagnie aérienne à 98 %. 

Air Austral avec Qatar Airways

Pour ma part, je n’ai aucune animosité à l’encontre de Marie-Joseph Malé, le P-DG d’Air Austral, qui est un professionnel de l’aérien reconnu. Mais j’ai l’impression qu’il nous a concocté une espèce d’Air France « péi » avec une équipe de direction qui pèse très lourd dans les comptes, sans parler des salaires des pilotes. On sait que la compagnie nationale française aurait disparu depuis belle lurette sans les subsides de l’État. Remplacez « État » par « Région » et vous aurez tout compris à propos d’Air Austral. La marge de manoeuvre de la nouvelle présidente de la Région Réunion, Huguette Bello, paraît réduite. 

Aux dernières nouvelles, la stratégie de « MaJo » passerait par un partenariat avec Qatar Airways, le principal concurrent d’Emirates au Moyen Orient, en profitant de son « hub » de Doha pour desservir l’Inde, mais aussi la France, avec une desserte de Lyon, vu que l’Union européenne a ouvert ses portes à la compagnie du Qatar. Une information qui n’a pas été confirmée par la compagnie au moment où j’écris ces lignes. 

Sinon, désolé chers lecteurs de vous importuner encore une fois avec cette grippe persistante qu’on appelle covid-19, mais je persiste et signe : la vaccination des ados et des enfants, quand ils sont en parfaite santé, est une aberration. Je ne suis pas le professeur Tournesol pour le dire, mais juste un observateur qui se donne la peine de lire des tas d’avis scientifiques. La balance entre les bénéfices et les risques ne semble pas vraiment pencher du bon côté. 

Israël est devenu un véritable laboratoire en matière de vaccination, ce qui devrait nous éviter de prendre les mauvaises décisions à La Réunion, à Maurice et ailleurs. Mais non ! On persiste ! La bêtise est le virus le plus dur à combattre !

La télévison israélienne vient de révéler que 94 % des personnes infectées de plus de 60 ans sont complètement vaccinées. À plus de 60 ans, peu importe que vous soyez vacciné ou non, vous avez les mêmes risques de contracter la maladie. La baisse de l’effet protecteur peut également être observée chez les personnes plus jeunes. La charge virale chez les personnes vaccinées n’est pas inférieure à celle des personnes non vaccinées. En clair, les personnes vaccinées qui ont été infectées peuvent transmettre la maladie de la même manière que les personnes non vaccinées. De quoi en déduire que le « pass sanitaire » n’a pas de raison d’être sauf celui de contrôler la population et de mettre en place une espèce d’apartheid qui vise à diviser pour mieux régner. 

L’actualité de ces dernières semaines a été marquée par la rupture par l’Australie d’un contrat signé en 2016 pour l’achat de sous-marins français. Ce pays a préféré une offre américaine de sous-marins nucléaires qui remet en cause le principe de non-prolifération. En effet, l’Australie n’était pas une puissance nucléaire jusqu’alors. Mais ce pays est un « bon ami » de l’oncle Sam, au contraire de l’Iran. 

Que penser de la Chine ?

Le choix du nucléaire par l’Australie est clairement dirigé contre la Chine qui fait peur, certes, mais ne doit pas être diabolisée. L’Empire du Milieu, dans son histoire, n’a jamais colonisé de territoire (à part le cas très particulier du Tibet), au contraire des Occidentaux. 

On constate aujourd’hui, face à la Chine, une alliance entre les État-Unis, l’Australie, le Japon, l’Inde et le Royaume-Uni qui n’a rien de positif pour nos îles dans un contexte où les « préparatifs de guerre » ont de quoi inquiéter. Mais rassurons nous ! Le pire n’est jamais certain ! Quoi qu’il en soit, la stratégie d’Emmanuel Macron, qui lui aussi visait un rapprochement avec l’Inde et l’Australie face à la Chine, a pris du plomb dans l’aile. Le président français n’a pas appréhendé, semble-t-il, l’alliance inaltérable entre les Anglo-Saxons. Au passage, il faudrait saluer la Nouvelle-Zélande, petit pays fort dynamique, qui se démarque de son voisin australien. Un pays dont on apprécie l’équipe de rugby légendaire des All-Blacks. Contre le coronavirus, rien ne vaut un bon « haka ». 

Pour en revenir à l’Australie, sa politique d’incessants confinements purs et durs ne présage rien de bon. Ça ne marche pas ! Ou plutôt, ça marche très bien pour tuer l’économie. Et ce ne sont pas les sous-marins nucléaires « Made in USA » qui vont la sauver !

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Monde

Sous-marins nucléaires : la grave erreur de l'Australie

À l’heure de boucler cette édition, le service communication d’Air Austral m’adresse enfin quelques informations à propos des derniers comptes de la compagnie, introuvables alors que son année financière a été clôturée au 31 mars 2021. Jusqu’alors, ma demande n’avait reçu aucun écho, mais, apparemment, mon dernier éditorial, titré « Une bombe à retardement qui s’appelle ...