Performance

Réunion

Stor Solutions joue la carte africaine

Bruno Millot, président du groupe Stor : « Notre solution de carte pétrolière sur smartphone peut à terme représenter 50 % de notre chiffre d’affaires, contre 23 % aujourd’hui. » Photo : Guillaume Foulon
Depuis bientôt vingt ans, Stor Solutions fournit des cartes de paiement à des réseaux de stations-service en Afrique. Une activité qui pourrait prendre une part grandissante dans le chiffre d’affaires du groupe, estime son président Bruno Millot.

La doyenne des entreprises informatiques de l’île – elle est née en 1969 – n’a eu pendant longtemps que des activités ponctuelles à l’international. « En fonction des opportunités, dans les années 1980, nous vendions du matériel, des logiciels et des services à Madagascar et à Maurice, se souvient le président de Stor Solutions, Bruno Millot. Dans les années 1990, nous étions le grossiste de Microsoft pour l’océan Indien, Djibouti et la Nouvelle-Calédonie, nous avions racheté une entreprise à Madagascar et à Maurice pour consolider cette activité. Jusqu’à ce que Microsoft propose ses logiciels en téléchargement et abandonne les boîtes… »

Aujourd’hui, le groupe réalise un chiffre d’affaires de 15 millions d’euros, avec 50 salariés. Il est connu du grand public pour ses magasins Microstor qui distribuent la marque Apple, et des entreprises pour ses services informatiques, ses terminaux de paiement, son data center… Dans son offre, le groupe dispose aussi d’une solution de « cartes pétrolières » de paiement du carburant dans les stations-service. Le produit est déjà ancien (voir notre hors-texte) et a évolué avec les technologies informatiques et numériques. Après les premières cartes à piste, puis à puce, est venu le temps du smartphone, devenu également instrument de paiement.

« Nous étions encore à la phase de la carte à puce quand nous avons démarré l’export, il y a bientôt vingt ans, poursuit Bruno Millot. J’étais parti en prospection au Sénégal pour présenter nos produits pour la grande distribution, j’en ai profité pour démarcher quelques propriétaires de stations-service. Alors que je m’apprêtais à reprendre l’avion, j’ai reçu un appel d’Exxon Mobil, intéressé par notre carte pour son réseau tunisien. » Après deux ans de discussion, les 300 stations Esso de Tunisie proposent la petite carte réunionnaise. D’autres réseaux africains d’Exxon leur emboîtent le pas : le Gabon, le Kenya… jusqu’à ce que le géant américain décide de se désengager d’Afrique. « Nous avons traversé une période difficile, concède le patron de Stor. Heureusement, la troisième génération de notre produit, sur smartphone, est arrivée alors que nos derniers contrats venaient à échéance. Nous avons commencé à nous faire certifier par d’autres pétroliers et signé un nouveau contrat avec Ola (Libyan Oil) en Tunisie, opérationnel depuis le 1er octobre dans 300 stations-service. Je suis assez confiant pour la suite. Notre solution de carte pétrolière sur smartphone peut à terme représenter 50 % de notre chiffre d’affaires, contre 23 % aujourd’hui. »

Stor Solutions est actuellement en contact avec 28 prospects, en Afrique australe, au Maghreb et en Egypte. Le groupe réunionnais se joue de la pandémie et de la fermeture des frontières en s’appuyant sur les nouveaux outils de prospection virtuelle de Business France, qui compte des représentants dans toutes les régions d’Afrique. Sélection des prospects, mise en relation, suivi après les visioconférences : Bruno Millot ne tarit pas d’éloges sur la qualité de cette prestation, de plus prise en charge aux trois-quarts par le chèque export du Plan de relance.

Shell, Elf et les Antilles

Il y a une trentaine d’années, la Société réunionnaise des produits pétroliers (SRPP) était détenue par Elf et Shell. Shell souhaitait se doter d’un système de carte de paiement adapté à la taille de son réseau réunionnais. « Nous avons pu lui apporter une réponse sur la base des terminaux de paiement que nous installions chez les commerçants, relate Bruno Millot. Ce lancement réussi, je suis allé proposer le produit aux Antilles, où Shell était également implanté. » Le pétrolier opte pour une autre solution, mais Bruno Millot fait affaire avec Elf et réussit même à faire « un peu d’export dans l’export », grâce à un partenaire qui vend la carte Stor dans plusieurs petits pays des Antilles.
Pendant une vingtaine d’années, la carte des stations Elf antillaises sera ainsi de conception réunionnaise avant que Total, qui avait entre temps racheté son concurrent français, ne réintègre le service dans son système national.
Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Réunion

Stor Solutions joue la carte africaine

La doyenne des entreprises informatiques de l’île – elle est née en 1969 – n’a eu pendant longtemps que des activités ponctuelles à l’international. « En fonction des opportunités, dans les années 1980, nous vendions du matériel, des logiciels et des services à Madagascar et à Maurice, se souvient le président de Stor Solutions, Bruno Millot. Dans les années 1990, nous étion...