Leader

Maurice

Sydney Pierre, le self-made-man au grand cœur

1 oct 2017 | PAR Jacques Rombi | N°323
Sydney Pierre, chef des ventes internationales de Lux Resorts & Hotels. Alexandre Moulard
Le chef des ventes internationales du groupe hôtelier Lux Resorts & Hotels est doublé d’un humaniste au grand cœur. Son parcours exemplaire dans le domaine touristique ne lui a jamais fait oublier d’où il vient et ce qu’il doit faire pour les autres.

À 18 ans déjà, il doit travailler en tant que réceptionniste dans un hôtel classé 3 étoiles avant de gravir rapidement les échelons et de prendre la gérance de l’établissement. Issu d’une famille modeste de Curepipe, il sait que l’abnégation au travail est la meilleure solution pour réussir. Aussi, il entreprend, tout en travaillant, un Bachelor (licence) en « Business Enterprise » de l’université de Birmingham. Les cours sont difficiles à suivre car les professeurs britanniques ne viennent à Maurice que pour des missions limitées, mais il obtient le diplôme en 1998. Entre-temps, de 1990 à 1995, sur les traces de son père, il aura mené une expérience réussie en tant qu’entrepreneur dans le bâtiment. Mais son diplôme lui ouvre les portes du groupe Naïades Resorts (ancienne appellation de Lux), où il officie jusqu’en 2006 et développe la centrale de réservation qui fait aujourd’hui référence. Un travail passionnant qui ne l’empêche pourtant pas de continuer ses études puisqu’il entame un Master 2 dans le cadre du General Manager Program de l’ESSEC. Diplôme qu’il obtiendra en 2013.
En 2006 il s’est envolé pour l’Afrique du Sud où il crée et développe le tour-opérateur Naïades Holidays, à Johannesburg. Il emploie localement 10 personnes avant de rentrer au pays en 2009 pour prendre cette fois la casquette de directeur des ventes du groupe hôtelier. 

L’ÉCOLE DE LA DEUXIÈME CHANCE

Aujourd’hui, ce père de famille de quatre enfants nourrit de jolis projets de développement pour le groupe Lux Resorts & Hotels, comme cet innovant concours « Chefs d’Aventures », présenté par « L’Eco austral » en juillet dernier. Mais c’est l’engagement citoyen qui semble accaparer son temps libre. « Ma philosophie se résume par « c’est possible », et c’est ainsi que j’ai pu monter l’École de la deuxième chance en 2015 à la cité Richelieu en levant des aides financières, mais surtout en activant un réseau de bénévoles qui encadrent et donnent des cours à des gens défavorisés. Ils sont une quarantaine aujourd’hui à suivre ces cours de niveau scolaire classique, mais c’est aussi l’école des valeurs que nous essayons de mettre en application. »

« TEACH A MAN TO FISH »

En 2016, cet infatigable Mauricien de 46 ans a lancé un nouveau challenge par l’entremise du Lions Club de Port Louis dont il est 2ème vice-président. En référence au célèbre dicton chinois (attribué à Confucius) qui conseille d’apprendre à pêcher à quelqu’un qui a faim plutôt que de lui donner un poisson, il lance l’association « Teach a man to fish ». Il s’agit de mettre en action tout un réseau d’entrepreneurs qui conseillent et aident des entrepreneurs informels à lancer leur entreprise. « L’idée est de proposer un mix entre l’aide bénévole et une participation des acteurs concernés à hauteur de 50%des frais nécessaires à une création d’entreprise. D’emblée, il faut éviter l’idée d’assistanat et ils doivent cotiser. Ce sont des petits métiers qui sont exercés dans l’informel mais qui, grâce à nos conseils et nos aides, peuvent déboucher sur de vraies entreprises viables. Nous aidons la personne à monter son Business Plan jusqu’au lancement de son activité. » À ce jour quatre entreprises ont déjà pu être créées par ce réseau qui a vu le jour en 2016 et de nombreux dossiers sont encore à l’étude.

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Maurice

Sydney Pierre, le self-made-man au grand cœur

À 18 ans déjà, il doit travailler en tant que réceptionniste dans un hôtel classé 3 étoiles avant de gravir rapidement les échelons et de prendre la gérance de l’établissement. Issu d’une famille modeste de Curepipe, il sait que l’abnégation au travail est la meilleure solution pour réussir. Aussi, il entreprend, tout en travaillant, un Bachelor (licence) en « Business Enterpris...