Leader

Madagascar

Tahina Randriarimanana, lauréat de l’Anzisha Prize 2016

Outre les services d’une valeur de 7 500 dollars dont tous les finalistes ont bénéficié, le lauréat a empoché le premier prix d’une valeur de 25 000 dollars (28 000 euros). DR
Pour sa 6e édition, le concours panafricain portant sur l’entrepreneuriat des jeunes a récompensé un paysan malgache de 22 ans qui a fondé une start-up solidaire dans l’agroalimentaire.

Tahina Heritiana Fabien Randriarimanana a été sacré meilleur jeune entrepreneur d’Afrique, le 25 octobre, en remportant l’Anzisha prize 2016, un concours créé par l’African Leadership Academy et la fondation Mastercard. Il est ouvert aux jeunes entrepreneurs qui ont développé et mis en œuvre des solutions innovantes face aux défis sociaux ou qui ont initié des entreprises prospères au sein de leur communauté. Le Malgache de 22 ans a réussi à s’imposer devant 11 autres finalistes et près de 550 candidats issus de 32 pays africains avec sa start-up Fiombonana (Union). Il s’agit d’une entreprise solidaire et à vocation sociale qui fabrique des produits laitiers et des produits à base de fruits en utilisant exclusivement des matières premières locales. Sorte d’union d’agriculteurs de la région Vakinankaratra (dans la province de Tananarive), l’entreprise permet aux familles rurales d’avoir une source de revenus pérenne. Le jury a été séduit par cette entreprise de 12 salariés qui rencontre un grand succès, avec sa production hebdomadaire de 800 kg de fromage, et par son innovation dans la « rétro-ingénierie » pour la transformation des aliments. Une entreprise qui satisfait un besoin réel au sein de sa communauté, présente un fort potentiel de création d’emplois et un modèle d’affaires efficace. 

CE « SELF-MADE YOUNG MAN » A ARRÊTÉ SES ÉTUDES À 16 ANS 

Tahina Randriarimanana a également impressionné le jury par son parcours personnel. Il a perdu sa mère peu de temps après sa naissance et n’a jamais connu son père. Orphelin, sa grand-mère prend alors soin de lui. Dès 16 ans, il abandonne ses études pour travailler en tant que chercheur d’eau et vendeur dans son village natal à Faratsiho, une localité située dans le centre de la région de Va-kinankaratra. Un an plus tard, il apprend l’art culinaire et débute en commercialisant du fromage. Il se diversifie ensuite dans la transformation de fruits, dans le thé et dans d’autres produits alimentaires. C’est ainsi que l’idée lui vient de fonder son entreprise d’agroalimentaire même s’il ne bénéficie d’aucun appui financier. Un effort qui paie car ce « self-made (young) man » a ouvert une boutique dans la capitale et compte deux marques de produits. Il n’a pas l’intention de s’arrêter en si bon chemin et va profiter des 28 000 euros que lui rapportent son prix pour poursuivre son développement. « Je suis très heureux de remporter le prix Anzisha 2016. Même si j’ai dû abandonner l’école, le travail sans relâche que j’ai consacré à mon entreprise porte ses fruits. J’apprécie la formation que j’ai déjà reçue jusqu’à présent. Cette récompense va me permettre d’investir dans ma propre éducation et de continuer à développer mon entreprise. » En plus du prix, il bénéficie d’un soutien opérationnel continu, d’une mise en relation avec des experts et de l’accès à du réseautage.

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Madagascar

Tahina Randriarimanana, lauréat de l’Anzisha Prize 2016

Tahina Heritiana Fabien Randriarimanana a été sacré meilleur jeune entrepreneur d’Afrique, le 25 octobre, en remportant l’Anzisha prize 2016, un concours créé par l’African Leadership Academy et la fondation Mastercard. Il est ouvert aux jeunes entrepreneurs qui ont développé et mis en œuvre des solutions innovantes face aux défis sociaux ou qui ont initié des entreprises prospère...