Performance

Réunion

Teralta affirme son ancrage territorial et une identité nouvelle et autonome, au sein du groupe CRH

18 mar 2016 | PAR Philippe Stéphant
De gauche à droite : Laurent Lecocq, pdg de Teralta ; Yannick Sinama, directeur du terminal cimentier ; Graziella Médard, chargée de communication ; Michaël Feau, directeur commercial ; Damien Beaucheix, responsable marketing et communication de Teralta .- G.Foulon
Forte d’un demi-siècle de présence, à La Réunion, Teralta développe sa nouvelle identité, fondée sur la proximité et la qualité, et sur les savoir-faire hérités de Lafarge Réunion.

Leader dans l’activité ciment, à La Réunion, Teralta est née, le 1er août 2015, de la cession des actifs de Lafarge Réunion au groupe irlandais CRH, 3ème acteur mondial des matériaux de construction. « C’est une étape importante dans l’histoire de l’entreprise, où nous démontrons notre volonté de répondre à de nouveaux défis et à de nouvelles opportunités, commente Laurent Lecocq, président-directeur-général de Teralta. » 
Après 50 années de présence dans l’ile, pour la première fois, l’entreprise à l’opportunité de se réinventer, en choisissant une nouvelle identité, assortie d’une architecture innovante de marques produits. Le groupe CRH a fait l’acquisition de nombreux actifs de Lafarge et d’Holcim, devant être cédés, pour éviter des monopoles régionaux, dans le cadre de la fusion des deux groupes, annoncée en 2014. CRH, qui réalise 50 % de son chiffre d’affaires, de 24 milliards d’euros, en Amérique du Nord, a souhaité que Teralta poursuive son développement, à La Réunion et dans la zone Océan Indien, à l’appui de son fort ancrage territorial. « Pendant plusieurs mois, un groupe de travail en interne a défini l’image et les valeurs qui doivent conforter l’identité locale forte de l’entreprise, annonce Laurent Lecocq. En facilitant l’identification des produits et le parcours d’achat du client. » Teralta dispose, notamment, du laboratoire le plus spécialisé de la zone Océan Indien, et d’importantes références en produits innovants.

Un catalogue-guide de 80 pages

Ainsi, Teralta a fourni le premier béton coulé en mer, à La Réunion, pour le chantier de la Nouvelle route du littoral, et le premier béton « refroidit » pour le nouveau pont sur la Rivière Saint-Etienne. A Sainte-Suzanne, Teralta a mobilisé trois centrales à béton, pour couler 1 400 mètres-cube, sans interruption, sur les 75 mètres de tablier du nouveau pont. « Un professionnalisme que Teralta entend continuer de prouver, en proposant des solutions capables de rendre les constructions plus simples, plus belles, plus pratiques, plus solides et plus responsables, affirme Laurent Lecocq. » L’entreprise a réalisé, en 2015, 78 millions d’euros de chiffre d’affaires, employant 150 collaborateurs, sur 11 sites de production, au sein de Teralta Granulat Béton Réunion, et Teralta Ciment Réunion. « L’essentiel de notre marché reste celui des artisans et des revendeurs quincailliers. Nous fournissons aussi du béton aux particuliers, précise Michaël Feau, directeur marketing et commercial. »
Pour accompagner le lancement de ses nouvelles gammes, fondées sur une réponse de proximité aux besoins des particuliers comme des professionnels, Teralta investit les réseaux sociaux, et dispose déjà de 500 fans. Une vaste campagne de communication amorce son déploiement autour de l’île, et un catalogue très détaillé, sur 80 pages, présente, désormais, toutes les solutions de Teralta, pour la construction et l’aménagement.



 

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Réunion

Teralta affirme son ancrage territorial et une identité nouvelle et autonome, au sein du groupe CRH

Leader dans l’activité ciment, à La Réunion, Teralta est née, le 1er août 2015, de la cession des actifs de Lafarge Réunion au groupe irlandais CRH, 3ème acteur mondial des matériaux de construction. « C’est une étape importante dans l’histoire de l’entreprise, où nous démontrons notre volonté de répondre à de nouveaux défis et à de nouvelles opportunités, commente La...