Performance

Réunion

Thierry Delaunay, responsable Environnement : « Le principe de précaution prime »

1 nov 2018 | PAR La rédaction | N°334
« Grâce au chantier de la NRL, on consolide des téras de données scientifiques. » DR
La sécurité est au cœur des préoccupations de la GTOI (Les Grands Travaux de l’Océan Indien). Cette rigueur s’applique à l’environnement. Des mesures intégrées dans le cadre du chantier de la Nouvelle Route du Littoral doivent permettre de réhabiliter ces sites.

Il y a 10 ans, Thierry Delaunay a suivi un cursus d’ingénieur en génie de l’environnement puis un master en génie civil durable, avec déjà une forte attirance pour les chantiers lointains : Maroc, Vietnam, etc. « En fait, je n’ai jamais travaillé en métropole ! » C’est en Guyane, lors de son dernier stage de fin d’étude, qu’il a découvert « l’esprit Colas » qui l’a séduit et qui explique qu’il soit aujourd’hui à la GTOI (filiale de Colas).
La Guyane lui a aussi permis de vraiment travailler dans ce qui le passionne : la protection de l’environnement. Le week-end, il animait des visites guidées pour faire découvrir les tortues Luths, une espèce en danger d’extinction. Quand il est arrivé à La Réunion en 2012, c’est-à-dire au moment où le chantier de la NRL en était aux études, il avait donc quelques années d’expérience sur les chantiers en milieux naturels sensibles, encore que La Réunion et la Guyane soient très différentes à ce niveau : « À La Réunion, la nature est beaucoup plus fragile. »
En tant que responsable Environnement au sein du groupement Digues, Thierry rappelle : « Grâce au chantier de la NRL, on consolide des téras de données scientifiques. »

Un rideau antibruit pour protéger les baleines
Pour maîtriser ce risque, le groupement Digues a mis au point une technique totalement inédite : un rideau de bulles, qui limite la propagation des ondes sonores dans l’eau. C’est, à l’origine, un produit canadien qui permet de garder l’eau en mouvement et d’empêcher les eaux des ports de geler l’hiver. Le groupement Digues a eu l’idée d’en faire un process clef en main pour protéger les baleines et les dauphins du bruit : « Le rideau de bulles permet de diminuer le bruit de 15 à 25 décibels sur la gamme de fréquence de 100 hertz à 1 000 hertz à laquelle sont sensibles les mammifères marins. C’est comme une fenêtre à double vitrage ou un casque antibruit de chantier ! » Cette innovation technique a été primée en 2017 par le prix spécial « Biodiversité » remis par le ministère de la Transition écologique et solidaire et l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, et il est finaliste cette année aux « European Business Awards for the Environnement ». 
Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Réunion

Thierry Delaunay, responsable Environnement : « Le principe de précaution prime »

Il y a 10 ans, Thierry Delaunay a suivi un cursus d’ingénieur en génie de l’environnement puis un master en génie civil durable, avec déjà une forte attirance pour les chantiers lointains : Maroc, Vietnam, etc. « En fait, je n’ai jamais travaillé en métropole ! » C’est en Guyane, lors de son dernier stage de fin d’étude, qu’il a découvert « l’esprit Colas » qui l’a s...