ID

Monde

Thomas d’Aquin et le marché

31 oct 2021 | PAR La rédaction | N°362




Cet ouvrage dense, qui fut d’abord une thèse universitaire, se propose de montrer en quoi l’oeuvre de Thomas d’Aquin, moine dominicain du XIIIe siècle, docteur de l’Église et grand conciliateur de la raison et de la foi, offre encore sur ce point des repères puissants. Certes, la théologie a aujourd’hui cédé tout le terrain au discours économique et les lecteurs de Dany-Robert Dufour savent que c’est avec Mandeville, au début du XVIIIe siècle, que s’est préparé le grand retournement moral qui devait conduire à l’hégémonie néolibérale moderne (Le Divin Marché, 2007). Le discours économique domine donc désormais l’ensemble de la société, pour le pire et le meilleur, au point de lui fournir le cadre normatif de toutes ses activités. Au XXe siècle et au début de ce millénaire, le développement économique a sans doute permis une élévation sans précédent du niveau de vie mondial, un gain en espérance de vie et un accès à l’éducation inconcevables deux siècles plus tôt. 

Cependant, lorsque tout le débat public se conforme aux idées de prospérité, de développement et de croissance, on finit par oublier à quoi la prospérité peut servir. Comme le rappelle Mary L. Hirschfeld : « la pratique de la maximisation des profits détourne une part importante de l’activité économique de sa finalité qui est de servir les véritables besoins humains. » La pensée thomiste invite à demeurer attentif à l’humain, à ne pas oublier le service que chacun prodigue à l’autre dans l’échange économique.
Source : Philippe ségur – articles@marenostrum.pm 

« Thomas d’Aquin et le marché – Vers une économie humaine », par Mary L. Hirschfeld, préface de Gaël Giraud Mary, traduit de l’américain) par Jacques-Benoît Rauscher. Éditions Le Cerf (mai 2021), 392 pages. Prix 24 euros.

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Monde

Thomas d’Aquin et le marché

Cet ouvrage dense, qui fut d’abord une thèse universitaire, se propose de montrer en quoi l’oeuvre de Thomas d’Aquin, moine dominicain du XIIIe siècle, docteur de l’Église et grand conciliateur de la raison et de la foi, offre encore sur ce point des repères puissants. Certes, la théologie a aujourd’hui cédé tout le terrain au discours économique et les lecteurs de Dany-Robe...