Green

Réunion

TRANSPORTS PUBLICS ÉLECTRIQUES Ce qu’en pensent les acteurs

31 oct 2021 | PAR Bernard Grollier | N°362
Les acteurs du transport public à La Réunion doivent relever le défi de la transition électrique. Outre la vision stratégique, il faut faire preuve de pragmatisme. Ils s’expriment sur la question…
Daniel Meunier
©SMTR
 


Daniel Maunier
Président par intérim du SMTR, vice-président de la Casud délégué aux transports : « Les moyens doivent suivre »

« Ayant été désigné président par intérim du SMTR à la suite des récentes élections régionales et municipales, dans l’attente de l’élection d’une nouvelle gouvernance à la tête du syndicat, je prends connaissance des projets portés par ses experts et notamment l’étude de faisabilité d’exploitation de véhicules électriques sur les réseaux de transports publics locaux. Face au coma circulatoire généralisé aux heures de pointe, les collectivités doivent travailler de concert à l’émergence de transports en site propre, favorisant les transports collectifs et alternatifs, en mettant l’accent sur la qualité de service due à nos concitoyens. 

La loi nous impose d’accélérer notre passage aux transports publics électriques et j’y suis bien entendu favorable. Mais les moyens doivent suivre. Il appartiendra aux collectivités de trancher et de fixer les priorités en fonction des contraintes budgétaires. Je pense que la loi devra être adaptée à chaque territoire. Je suis favorable au 100 % électrique sur le littoral et les parcours plats, mais je ne crois pas cela possible dans les Hauts. »

 

Patrice Boulevard
©Droits réservés
 

Patrice Boulevart
Vice-président de la Région Réunion, délégué aux mobilités durables : « Il nous faut préparer les infrastructures »

« Notre mandature accorde une grande importance à la transition énergétique, mais nous devons attendre que l’offre de véhicules soit mature pour envisager le passage à l’électrique du réseau Car Jaune. Nous commencerons sans doute avec quelques cars, sur quelques lignes. Il nous faut dans le même temps préparer les infrastructures à cette transition, prévoir les bornes de recharge, équiper les gares routières et les pôles multimodaux. Il faudra y arriver, malgré les impacts budgétaires. Cela dit, nous sommes également attentifs au bilan écologique de la fabrication des véhicules électriques et des batteries au lithium et nous ne fermons la porte à aucune technologie. Toutes doivent être prises en compte. 

Il faut surveiller de près les évolutions technologiques dans l’hydrogène et nous souhaitons également explorer la piste du biogaz avec la Cinor, sur quelques véhicules. »

 

Philippe Françoise
Photo : Guillaume Foulon
 

Gérard Françoise 
P-DG de la Sodiparc : « Nous devrons trouver des véhicules adaptés »

« La Sodiparc investit dans la mobilité électrique, par choix, à chaque renouvellement de sa flotte de véhicules d’entreprise utilisés par ses contrôleurs et ses conducteurs entre deux services. Ces véhicules sont bien acceptés par nos salariés et nous font faire des économies. Nous équiperons également de bornes de recharge les parkings de la Sodiparc à Saint-Denis. 

Quant aux bus électriques sur le réseau Citalis : nous y passeront quand nous en aurons la possibilité. Nous devons renouveler prochainement cinq bus : ce seront les cinq derniers véhicules thermiques que le constructeur sera en mesure de nous livrer. L’échéance de l’électrique approche et nous devrons trouver des véhicules adaptés aux réalités de notre réseau. Nous réfléchissons d’autre part à la mise en place de navettes de point à point, pour les automobilistes qui viennent quotidiennement à Saint-Denis en provenance de l’Est pour travailler. Ils laisseraient leur voiture sur un parking dédié, à Sainte-Suzanne ou Sainte-Marie, et emprunteraient ces navettes qui les conduiraient jusqu’au centre-ville. Ces véhicules de neuf places pourraient très bien être électriques. Nous envisageons un système de réservation, du wi-fi et du café à bord… »

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Réunion

TRANSPORTS PUBLICS ÉLECTRIQUES Ce qu’en pensent les acteurs

©SMTR   Daniel Maunier Président par intérim du SMTR, vice-président de la Casud délégué aux transports : « Les moyens doivent suivre » « Ayant été désigné président par intérim du SMTR à la suite des récentes élections régionales et municipales, dans l’attente de l’élection d’une nouvelle gouvernance à la tête du syndicat, je prends connaissance des projets port...