Performance

Réunion

Un amphithéâtre bioclimatique illustre le travail de fond de l’ADEME

Le premier amphithéâtre bioclimatique a été construit sur le site du Moufia pour l’université de La Réunion. - Philippe Stéphant
L’accompagnement technique et financier de l’établissement public apporte beaucoup à l’évolution de la maîtrise de la dépense énergétique dans le bâtiment.

L’inauguration prochaine du premier amphithéâtre bioclimatique, sur le site universitaire du Moufia, à Saint-Denis, démontre l’importance accordée désormais à l’efficacité énergétique pour tous types de bâtiments. L’université de La Réunion, dont les dépenses en climatisation voisinent 400 000 euros par an, a consacré près de 10 millions d’euros à cette construction exemplaire conçue pour le confort de 550 étudiants par une ventilation entièrement naturelle. « C’était un véritable challenge, confie Philippe Beutin, directeur de l’Ademe Réunion (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie). Il a fallu convaincre les organismes de contrôle qui ne sont pas familiers de ce type de solutions. » Le rôle de l’Ademe est aujourd’hui déterminant pour convaincre les concepteurs d’opter pour le bioclimatique. Par un accompagnement technique et financier en amont des projets et par la prise en charge des surcoûts liés aux solutions qui réduisent la dépendance énergétique du territoire. « Pour faire preuve de pédagogie, il faut des projets. L’investissement en temps est aussi très lourd et si nous n’anticipons pas, nous n’aurons pas la capacité de développer, demain, des projets », ajoute Philippe Beutin. D’autres projets importants sont en phase d’étude : la médiathèque de Saint-Leu, un centre commercial aux Avirons et plusieurs établissements de santé, dont le projet de SWAC (Sea Water Air Conditionning) du centre hospitalier de Saint-Pierre. Un projet monoclient pour un coût approchant 15 millions d’euros. Les retombées économiques se révèlent significatives pour le tissu d’entreprises locales qui peuvent monter en compétences dans les domaines du génie climatique et de l’optimisation énergétique. Des créneaux porteurs pour le marché régional et qui développent une expertise française en milieu tropical. Dans une logique de gestion de projets avec la Région Réunion, chef de file de la nouvelle gouvernance énergie, et le gestionnaire de réseau EDF (Electricité de France), aussi prestataire de services en efficacité énergétique, l’Ademe mobilise également ses partenaires financiers institutionnels. L’AFD (Agence française de développement) et sa filiale Proparco, la Caisse des Dépôts et, depuis quelques mois, la BPI (Banque française d’investissement). « L’Ademe a vocation à intervenir de plus en plus sur de l’ingénierie financière, aspect incontournable en raison du millefeuille de financement que l’on connaît aujourd’hui, révèle Philippe Beutin. Mais il faut établir le lien avec le monde économique pour éviter de rester entre institutionnels. Partager des objectifs avec le privé et décliner une feuille de route. » Dans son rôle d’établissement public d’État, l’Ademe accompagne un grand nombre d’entreprises sur des projets qui font progresser la maîtrise de la dépense énergétique, la mobilité électrique et la production d’énergie renouvelable.

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Réunion

Un amphithéâtre bioclimatique illustre le travail de fond de l’ADEME

L’inauguration prochaine du premier amphithéâtre bioclimatique, sur le site universitaire du Moufia, à Saint-Denis, démontre l’importance accordée désormais à l’efficacité énergétique pour tous types de bâtiments. L’université de La Réunion, dont les dépenses en climatisation voisinent 400 000 euros par an, a consacré près de 10 millions d’euros à cette construction exe...