Hot

Mozambique

Un parti d'opposition dénonce une attaque contre son candidat à la présidentielle

29 sep 2014 | PAR AFP
Un accord de paix signé le 5 septembre par le président de la République Armando Guebuza et le chef de la Renamoa ouvert la voie à des élections législatives et présidentielle le 15 octobre. - Stocklib©Johnny Lye
Un parti d'opposition mozambicain a accusé, jeudi, des partisans du gouvernement d'avoir attaqué le convoi de son candidat en campagne pour la présidentielle d'octobre, blessant au moins trois personnes.

Des partisans du Frelimo (au pouvoir) ont attaqué le 23 septembre à coups de machettes, de pierres et de bâtons le convoi de Daviz Simango dans le sud du pays, a dénoncé le Mouvement démocratique du Mozambique (MDM).
Selon les observateurs, Daviz Simango, maire de Beira, la deuxième ville du Mozambique, est un sérieux challenger pour les deux poids lourds du scrutin, le candidat du Frelimo, Felipe Nyusi, et le chef de la Renamo, premier parti d'opposition, Afonso Dhlakama. Un accord de paix signé le 5 septembre par le président Armando Guebuza et le chef de la Renamo, après deux ans d'affrontements armés sporadiques, a ouvert la voie à des élections législatives et présidentielle le 15 octobre. Selon la porte-parole du MDM, Sande Carmona, les attaques contre son candidat « se produisent tout le temps » mais les dernières sont « plus graves ». La police et la justice, qui sont « contrôlées par le Frelimo », ne font rien pour les empêcher, a-t-elle accusé.  
La commission électorale a mis en garde la semaine dernière les partis contre toute violence, leur enjoignant de « respecter la Constitution et la loi ». « Qu'un troisième acteur soit en lice rend nerveux les deux autres partis, et la nervosité crée de la violence physique et verbale », estime Hortencio Lopes, chercheur du Centre d'Etudes mozambicaines et internationales de Maputo. M. Simango avait quitté la Renamo en 2008 et créé le MDM, mais n'avait remporté que 8% des voix à la présidentielle l'année suivante. En revanche son parti a fait une percée aux municipales en 2013, enlevant deux capitales de province au Frelimo.
Pratiquement dépourvu d'industries et d'infrastructures, le Mozambique, marqué par une guerre civile de 16 ans qui s'était achevée en 1992, est l'un des pays les moins développés du monde.
Mais le pays vit un tournant économique grâce à de récentes découvertes de charbon et de gaz. Il pourrait prétendre au quatrième rang mondial de la production gazière (derrière la Russie, l'Iran et le Qatar) si ses réserves s'avèrent commercialement viables.

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Mozambique

Un parti d'opposition dénonce une attaque contre son candidat à la présidentielle

Des partisans du Frelimo (au pouvoir) ont attaqué le 23 septembre à coups de machettes, de pierres et de bâtons le convoi de Daviz Simango dans le sud du pays, a dénoncé le Mouvement démocratique du Mozambique (MDM). Selon les observateurs, Daviz Simango, maire de Beira, la deuxième ville du Mozambique, est un sérieux challenger pour les deux poids lourds du scrutin, le candidat du Frelim...