Green

Madagascar

Un projet pilote de riziculture prometteur pour Nestlé

L’initiative de Nestlé entre dans le cadre de sa politique générale de contribution au développement rural des communautés. Malagasy Tours
Lancé en octobre 2012, le projet « voly vary » (culture de riz) du groupe suisse a livré des premiers résultats positifs. Affichant de bons rendements, l’initiative sera étendue à d’autres régions de la Grande île.

Il y a quatre ans, la branche d’Afrique équatoriale du groupe Nestlé a lancé un projet de riziculture à 45 kilomètres à l’est de Tananarive. Il s’agit d’identifier et de diffuser auprès de la population locale des variétés de riz à haut rendement de production, adaptées aux conditions agri-écologiques et riches en nutriments alimentaires. Dans ce cadre, des variétés de riz Nerica, obtenues à partir d’un croisement entre des riz africains et asiatiques, ont été utilisées. Mises au point par le centre du riz pour l'Afrique (AfricaRice), elles ont la particularité de résister aux aléas climatiques, à la pression des mauvaises herbes et aux stress hydriques. Elles peuvent ainsi apporter une révolution verte et assurer l'autosuffisance en matière de production rizicole. En effet, avec un cycle de maturité rapide de quatre mois, ces variétés permettent aux paysans et cultivateurs de voir leurs récoltes de riz augmenter et donc leurs revenus. 

UN RENDEMENT DE QUATRE À HUIT TONNES PAR HECTARE

Les premiers résultats obtenus en 2016 sont encourageants. Selon Andry Jeda Tsiafaradia, ingénieur agronome en charge du projet, « les variétés pluviales et irriguées, dont les essais ont été réalisés dans deux régions à l’est et à l’ouest du pays, ont affiché des résultats plus que satisfaisants avec des rendements de l’ordre de trois à huit tonnes par hectare ».
L’évaluation du projet se révèle ainsi positive car, avant sa mise en œuvre, la production sur les sites pilotes tournait autour de deux à trois tonnes par hectare. Le projet devrait en conséquence s’étendre à d'autres régions du pays car les bons rendements enregistrés devraient permettre d’assurer à court et long termes une sécurité alimentaire au niveau national, voire indianocéanique. 
 

Le projet « voly vary » vise à encourager les agriculteurs à intégrer des variétés de riz Nerica, obtenues à partir d’un croisement entre des riz africains et asiatiques. DR
Le projet « voly vary » vise à encourager les agriculteurs à intégrer des variétés de riz Nerica, obtenues à partir d’un croisement entre des riz africains et asiatiques. DR

UN MANUEL DE L’AGRICULTEUR


« Ce projet nous tient à cœur et nous irons jusqu’au bout. Lors du lancement en 2012, nous avions promis qu’à terme, ce projet devrait se développer et atteindre une dimension plus importante au niveau régional et plus tard au niveau national. La courbe de tendance nous laisse donc espérer un futur meilleur », souligne Alain Brelu-Brelu, Cluster Manager de Nestlé pour l’océan Indien. Dans cette optique, pour la pérennité du projet et pour assurer une autonomie des producteurs dans les méthodes culturales, des mesures d’accompagnement et un renforcement des capacités des producteurs ont été mis en place. Le groupe suisse a diffusé notamment un manuel de l’agriculteur. Ce support sera mis à la disposition des paysans et cultivateurs afin de les aider à adopter les bonnes pratiques, depuis la sélection des semences jusqu’à la mise en terre.

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Madagascar

Un projet pilote de riziculture prometteur pour Nestlé

Il y a quatre ans, la branche d’Afrique équatoriale du groupe Nestlé a lancé un projet de riziculture à 45 kilomètres à l’est de Tananarive. Il s’agit d’identifier et de diffuser auprès de la population locale des variétés de riz à haut rendement de production, adaptées aux conditions agri-écologiques et riches en nutriments alimentaires. Dans ce cadre, des variétés de riz Ne...