Performance

Réunion

Un recrutement sur trois est difficile

1 mai 2019 | PAR Ignace de Witte | N°339
En 2019, les entreprises réunionnaises de restauration (ici la Servair) vont recruter 1 713 employés de cuisine. Ignace de Witte
Selon la dernière enquête Besoins en main d’œuvre (BMO) réalisée par Pôle Emploi Réunion, 31 667 personnes vont être embauchées en 2019 à La Réunion, dont 17 600 dans le secteur privé (55 %). Mais certains postes restent difficiles à pourvoir.

Chaque année depuis 2002, Pôle Emploi adresse un questionnaire à 1,7 million d’établissements (20 000 à La Réunion) afin de connaître leurs besoins en recrutement pour l’année suivante. Au niveau local, 5 586 questionnaires valides ont été retournés, qui permettent, en les croisant avec d’autres données, de dresser un tableau statistique des besoins de main d’œuvre pour 2019. Cette enquête est importante car elle permet d’améliorer l’orientation des demandeurs d’emploi vers des formations en adéquation avec les besoins réels du marché du travail. La dernière enquête fait apparaître que 31 667 personnes devraient être embauchées cette année à La Réunion.
Sachant qu’il y a 140 000 demandeurs d’emploi sur l’île, cela ne pose pas de difficulté numérique. Par contre, les compétences recherchées ne correspondent pas toujours aux profils disponibles dans le fichier de Pôle Emploi, ou bien la rémunération proposée n’est pas jugée suffisante. C’est ainsi qu’un recrutement sur trois est jugé difficile en 2019 (contre un sur quatre en 2017). Et dans le privé, c’est encore pire : pour 42 % des 17 600 postes à pourvoir, l’entreprise indique rencontrer des difficultés. Selon Pôle Emploi, dans le privé, la difficulté de recrutement est rarement liée à la rémunération proposée mais au manque de candidats.
Cette difficulté de recrutement concerne moins les administrations hors État (communes, syndicats de communes, Département et Région), qui totalisent 6 600 embauches prévues au cours de l’année 2019, avec un taux de difficulté de recrutement d’à peine 3 %.
Le marché de l’emploi de La Réunion se caractérise également par 7 500 emplois à pourvoir cette année dans les associations loi 1901, soit 24 % du total. Et 38 % de ces recrutements sont jugés difficiles, non par manque de candidats ou de compétences, mais parce que les associations manquent souvent de moyens financiers pour rémunérer correctement leurs salariés.

Les TPE ont plus de mal à recruter

En nombre de postes à pourvoir, dans le privé, en association ou dans les collectivités locales, les trois métiers les plus recherchés à La Réunion sont, dans l’ordre : jardinier (2 864), agent d’entretien (1 843) et employé de cuisine (1 713). Ces trois métiers manuels ne représentent aucune difficulté de recrutement, sauf pour des spécialités comme  élagueur. Tous les jardiniers ne sont pas acrobates pour grimper aux arbres !
Ce sont les TPE (moins de 10 salariés) qui ont le plus de mal à recruter, la difficulté va en diminuant au fur et à mesure que l’effectif de l’entreprise augmente et ce sont les établissements (publics et privés) de plus de 200 salariés qui trouvent le plus facilement les compétences dont ils ont besoin.
Selon la dernière enquête BMO de Pôle Emploi Réunion, les difficultés de recrutement local peuvent atteindre 100 %. C’est notamment le cas pour les techniciens en assurance, les cadres d’entreprise de transport, les directeurs de magasin et les juristes. Cela ne signifie pas que ces compétences n’existent pas à La Réunion mais que les personnes concernées ne sont pas inscrites dans les fichiers de Pôle Emploi Réunion comme « demandeur d’emploi de catégorie A ». Ces personnes sont en activité, mais parfois, faute d’avoir trouvé mieux, sur un poste qui ne correspond pas à leur niveau de compétence ou leur domaine de qualifications. Un phénomène accentué par le fait que les demandeurs d’emploi ne peuvent pas refuser les offres jugées « raisonnables ». C’est à ce niveau que Linkedin fait des miracles, en permettant de les identifier et de les contacter.

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Réunion

Un recrutement sur trois est difficile

Chaque année depuis 2002, Pôle Emploi adresse un questionnaire à 1,7 million d’établissements (20 000 à La Réunion) afin de connaître leurs besoins en recrutement pour l’année suivante. Au niveau local, 5 586 questionnaires valides ont été retournés, qui permettent, en les croisant avec d’autres données, de dresser un tableau statistique des besoins de main d’œuvre pour 2019. ...