Performance

Maurice

Une grosse livraison à Mayotte pour le Chantier Naval de l’Océan Indien

D'une longueur de 67 mètres, « Le Polé » peut transporter 590 passagers et 33 véhicules. Sa construction représente un peu plus de 150 000 heures de travail. CNOI
« Le Polé », une barge amphidrome, est le plus grand bateau jamais construit jusqu’ici à Maurice. Son « sister.ship » est actuellement en fin de construction et devrait être livré en mai 2017.

« C’est sur un appel d’offres international (auquel ont répondu également des entreprises de France et de Malaisie – Ndlr) que nous avons été choisis pour construire cet amphidrome et son sister-ship », explique Jean-Yves Ruellou, directeur général de CNOI. Un amphidrome est un navire qui peut se déplacer indifféremment en avant et en arrière, ce qui, à Mayotte, sur un court trajet de 18 minutes pour relier les îles de Petite et de Grande Terre, permet d'éviter d'effectuer une manœuvre de retournement. Quant aux « sister-ships » il s'agit de bâtiments identiques. Fabriquer des navires jumeaux permet aux chantiers navals de faire l'économie de la conception du navire par le bureau d'études, la phase de conception ne se faisant qu'une seule fois pour plusieurs exemplaires du même modèle de bateau...
D'une longueur de 67 mètres avec une coque en acier de 50 mètres, le Polé est équipé de quatre moteurs Baudouin 6M26.2 alimentant quatre « pump-jet » Schottel SPJ82. L’électricité et l’électronique ont été fournies par la société lorientaise ECCS. L’équipage, quant à lui, sera composé de huit membres.
Le bateau peut transporter 590 passagers et 33 véhicules. Il soulagera ainsi la ligne maritime la plus fréquentée de France : 4,7 millions de passagers, 340 000 deux-roues, 260 000 voitures et 18 000 camions en 2015. 
« Bien que ce navire ait été réalisé à Maurice, il est aux normes de navigation française et les fournitures nécessaires à sa fabrication proviennent à 90% d’Europe. Tout a été réalisé dans le respect des normes européennes les plus strictes. Le bateau est d’ailleurs classé au bureau Véritas. » Les plans du navire ont été réalisés par le bureau d’études Ship ST, basé à Lorient. 
Le montant du contrat pour les deux navires est de 18,3 millions d'euros avec des subventions européennes. 
«  Nous avons déjà livré à la STM (Société Transport Maritime) , il y a deux ans, un premier amphidrome de 40 mètres, « Le Georges Nahouda ». Le Polé représentait un nouveau challenge que nous avons été heureux de relever. » La construction de cet amphidrome représente un peu plus de 150 000 heures de travail.
« La construction navale occupe un volet important de notre développement pour les années à venir. Nous allons d’ailleurs bientôt entrer dans une nouvelle phase d’agrandissement de notre chantier, prévue pour 2017 », annonce Jean-Yves Ruellou.

CNOI : UNE FILIALE DU GROUPE IBL

Le Chantier naval de l'océan Indien (CNOI) est le plus important des chantiers navals de la région proche. Il a été créé en 2001 avec un investissement de 40 millions d'euros, dans le cadre d’un joint-venture entre le groupe mauricien IBL et le Français Piriou qui, depuis, a cédé ses parts. L'essentiel de ses activités est consacré à la réparation, au carénage, à la mise à neuf et à la conversion de tous types de navires jusqu'à 120 mètres de long, plus particulièrement les bateaux de pêche, les remorqueurs, les bâtiments militaires (un contrat cadre de sept ans lie la Marine française au chantier) et les autres navires de commerce, cargos et autres. Le chantier s'étend sur 60 000 mètres carrés et comprend un bassin de radoub de 130 X 27 mètres, un élévateur pouvant accueillir des navires dont le poids ne dépasse pas 1 400 tonnes et plus de 350 mètres de quais pour accueillir les navires en réparation. CNOI emploie à ce jour 500 personnes. 

 

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Maurice

Une grosse livraison à Mayotte pour le Chantier Naval de l’Océan Indien

« C’est sur un appel d’offres international (auquel ont répondu également des entreprises de France et de Malaisie – Ndlr) que nous avons été choisis pour construire cet amphidrome et son sister-ship », explique Jean-Yves Ruellou, directeur général de CNOI. Un amphidrome est un navire qui peut se déplacer indifféremment en avant et en arrière, ce qui, à Mayotte, sur un court traj...