Leader

Réunion

Une nouvelle approche stratégique pour l’association des industriels

21 nov 2016 | PAR La rédaction
Jérôme Isautier (à gauche) a passé la main à Daniel Moreau à la présidence de l’ADIR qui regroupe les principaux industriels de l’île. Une transition annoncée lors de l’assemblée générale du 4 octobre. Mais le changement s’illustre surtout avec l’arrivée de Fabrice Thibier au poste de secrétaire général.
Fabrice Thibier, patron de la start-up ECOEX, occupait le poste – à mi-temps - de secrétaire général adjoint. Il est devenu son secrétaire général suite au départ de Françoise Delmont-De Palmas. Un nouveau visage, mais aussi un nouveau virage…

À la tête d’ECOEX, spécialisée dans les ingrédients naturels tropicaux avec une stratégie à l’export, Fabrice Thibier fait partie d’une nouvelle génération d’entrepreneurs très axée sur l’innovation. Il est bien conscient de la mutation que connaît actuellement l’économie de La Réunion dont l’industrie s’est développée selon un modèle d’import-substitution. Un modèle qui offre encore des opportunités mais demande à être revu. « Les industriels réunionnais sont bien conscients qu’il faut inventer un nouveau modèle », explique le nouveau secrétaire général qui compte s’appuyer sur « l’écosystème de l’innovation réunionnais qui est une chance ». Il souhaite y impliquer l’ADIR (Association pour le développement industriel de La Réunion) qui, au fil des ans, avait tendance à donner l’image d’une « instance de lobbying », laissant à d’autres structures le monopole de l’innovation. L’ADIR doit affirmer son rôle de « think tank », de force de proposition pour un « gouvernement qui n’a pas beaucoup d’idées pour ses outremers ». En proposant à Fabrice Thibier le poste de secrétaire général adjoint, le président de l’association, Jérôme Isautier, patron du groupe éponyme, ne s’y était pas trompé. Son successeur, Daniel Moreau, dirigeant de Royal Bourbon Industrie, Entrepreneur de l’année en 2014, dans le cadre du Tecoma Award de l’Eco austral, adhère à ce choix. D’autant plus que le profil de Fabrice Thibier se révèle particulièrement intéressant. En une dizaine d’années, ce dernier s’est fait un prénom alors que son père, Jacques, était bien connu à La Réunion pour avoir dirigé la SHLMR où il a réalisé la plus grosse partie de sa carrière. Ingénieur en Télécoms de l’ISEP et diplômé d’un troisième cycle de l’IAE d’Aix, Fabrice Thibier a travaillé pendant un an chez SEGIME (Groupe Altran Technologies) avant d’œuvrer pendant trois ans dans le conseil en stratégie au sein d’EY (anciennement Ernst & Young). De retour à La Réunion, il a dirigé pendant quatre ans le département Développement économique de la SR21, société d’économie mixte de la Région Réunion qui a donné le jour à Nexa, agence régionale de développement. Par la suite, après avoir été enseignant vacataire à l’IAE, il a été en charge pendant quatre ans des questions de développement économique, à la Préfecture, au secrétariat général pour les Affaires régionales, gérant les relations avec les entreprises. Une expérience au service de l’État dont ne pourra que profiter l’ADIR, de même qu’elle profitera de son implication dans le monde des start-up.

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Réunion

Une nouvelle approche stratégique pour l’association des industriels

À la tête d’ECOEX, spécialisée dans les ingrédients naturels tropicaux avec une stratégie à l’export, Fabrice Thibier fait partie d’une nouvelle génération d’entrepreneurs très axée sur l’innovation. Il est bien conscient de la mutation que connaît actuellement l’économie de La Réunion dont l’industrie s’est développée selon un modèle d’import-substitution. Un mo...