ID

Réunion

Vers des projets labélisés Sophia Antipolis

1 juin 2018 | PAR La rédaction | N°330

La Communauté intercommunale Réunion Est (Cirest), dont le maire de Saint-André, Jean-Paul Virapoullé, est le président, a signé une convention avec la fondation Sophia Antipolis. La technopole Est et l'éco-technopole de Bois Rouge seront coachées par la plus grande technopole d'Europe, ce qui va donner de l'épaisseur aux projets réunionnais et convaincre plus facilement les investisseurs. Venu à La Réunion pour la signature, Jean-Pierre Mascarelli, président de Sophia Antipolis, a rappelé que les choses ne se sont pas faites en un jour. « Aujourd'hui, notre technopole, c'est 5,6 milliards d’euros de chiffre d'affaires (plus que le tourisme), c'est 36 300 emplois et 2 230 établissements de recherche. Mais on est parti de zéro, de la garrigue, nous n'avons pas de ressources naturelles. En 1969, les Alpes Maritimes étaient connues pour ses retraités et les parfums de Grasse ! Nous sommes à des stades différents de développement, mais je vois ici une grande richesse de projets, et une vieille technopole va aider une jeune technopole. »
Pour devenir la Silicon Valley de La Réunion, la Cirest a déjà plusieurs projets, dans plusieurs domaines : numérique, énergie thermique des mers (ETM) et climatisation par l’eau de grande profondeur (Swac). L'idée est de mettre en relation des projets pour que la magie des synergies opère. Par exemple, on peut créer dans l'Est un centre de données (data center) dont la climatisation sera assurée par un projet Swac. Un autre projet déjà identifié est celui de la mise en bouteille des 200 millions de m3 d'eau potable rejetée en mer par la centrale hydraulique de sainte-Rose. 

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Réunion

Vers des projets labélisés Sophia Antipolis

La Communauté intercommunale Réunion Est (Cirest), dont le maire de Saint-André, Jean-Paul Virapoullé, est le président, a signé une convention avec la fondation Sophia Antipolis. La technopole Est et l'éco-technopole de Bois Rouge seront coachées par la plus grande technopole d'Europe, ce qui va donner de l'épaisseur aux projets réunionnais et convaincre plus facilement les investisseur...