Green

Monde

Vincent Rivière : « Le bien-être mental relève aussi du management » 

Sujet resté longtemps tabou, la souffrance au travail a pourtant des conséquences économiques considérables. D'après le cabinet Mozart Consulting, son coût s'élève en France à 12 600 euros par salarié du privé ! Vincent Rivière, thérapeute australien d’origine mauricienne et directeur du cabinet Wellbeing Systems Pty, nous fait part de ses observations.
La création d’un environnement de travail sain relève de la responsabilité de tous, expique Vincent Rivière.
La création d’un environnement de travail sain relève de la responsabilité de tous, expique Vincent Rivière.  ©Droits réservés
 




L’Éco austral  : Comment expliquez-vous l'augmentation des maladies mentales liées à la « souffrance au travail » ?  
Vincent Rivière
: En Australie, un employé sur cinq souffrirait de problèmes de santé mentale. Le coût annuel de ces pathologies non traitées serait de 10,9 milliards de dollars australiens (6,12 milliards d’euros) ! Preuve que Maurice se rapproche des problématiques des pays occidentaux, on estime que 200 000 personnes sont atteintes de troubles mentaux (allant du stress aux maladies plus graves) soit 22 % de la population !  Comment expliquer cette tendance ? La vie est devenue plus complexe avec une accélération des enjeux en particulier au travail. L’être humain est capable de gérer le stress. Mais il n’a plus le temps nécessaire de « respirer », de se créer une bulle, bref de se « déconnecter ».

Quels sont les signes avant- coureurs ?  
On peut effectivement détecter quelques signes symptomatiques comme une irritabilité inexpliquée, une perte de joie et d'intérêt pour des activités auparavant agréables, un manque d'énergie et une fatigue excessive, une difficulté à se concentrer ou à prendre des décisions, voire éviter ses collègues… 

Comment prévenir l'apparition de ce malaise ?  
Il faut comprendre que la création d’un environnement de travail sain sur le plan mental relève de la responsabilité de tous. Mais le bien-être mental d’une équipe relève aussi et surtout du management de l’entreprise. Il élabore les politiques et les pratiques favorisant la santé mentale au travail. Car il a la capacité d'influencer de manière positive la culture de travail, ses pratiques de gestion et l'expérience des employés. Ces dirigeants ont tout intérêt à se pencher sur la santé mentale de leurs salariés en leur proposant, par exemple, des formations appropriées.

Que proposez-vous à ce niveau ? 
Notre cabinet organise des formations permettant aux employeurs et aux salariés de détecter puis d’aider tout adulte susceptible de souffrir d'un trouble de santé mentale. Ces cours, élaborés par des experts, aident les participants à prendre en charge toute situation de ce type. Nous avons également une formation qui aide l’ensemble du personnel à renforcer sa résilience organisationnelle et personnelle, à réduire le stress et la stigmatisation. Elle est personnalisée pour répondre au mieux aux besoins, aux objectifs, à l’environnement et au contexte unique de chaque entreprise.

Un expert multicartes
Vincent Rivière est le directeur de Wellbeing Systems Pty. Il évolue dans le secteur de la santé mentale depuis douze ans. En 2017, il a dirigé l'Initiative nationale en faveur de la santé mentale d’enfants australiens et sud-coréens (un contrat de 178 millions de dollars, 109 millions d’euros). L’opération a pris fin en 2018. Depuis, Vincent a rejoint en tant que consultant et formateur la plate-forme logicielle Posimente Student and Corporate Wellbeing. Elle offre aux écoles et aux entreprises la possibilité de suivre et intervenir rapidement sur la santé mentale et le bien-être des élèves ou des employés. Ce programme peut les connecter à partir de tout appareil dit intelligent, comme un smartphone.
Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Monde

Vincent Rivière : « Le bien-être mental relève aussi du management » 

La création d’un environnement de travail sain relève de la responsabilité de tous, expique Vincent Rivière.  ©Droits réservés  L’Éco austral  : Comment expliquez-vous l'augmentation des maladies mentales liées à la « souffrance au travail » ?   Vincent Rivière : En Australie, un employé sur cinq souffrirait de problèmes de santé mentale. Le coût annuel de ces pathologies ...