ID

Monde

Virus Ebola : on exagère les risques

26 oct 2014 | PAR La rédaction | N°290

Il semble bien que l’OMS (Organisation mondiale de la santé) et certaines ONG ont suscité une psychose qui n’a pas de raison d’être. En effet, sur le propre site de l’OMS, on peut lire, certes, que « la maladie à virus Ebola (appelée aussi fièvre hémorragique à virus Ebola) est une maladie grave, souvent mortelle, dont le taux de létalité peut être élevé. C’est l’une des maladies les plus virulentes au monde. » Mais l'OMS précise aussi que « l’infection se transmet par contact direct avec du sang, des liquides organiques ou des tissus de personnes ou d’animaux infectés ». Cela signifie qu’elle ne se transmet pas si facilement, à l’instar du Sida. « Lorsqu'une personne parle ou tousse, elle ne répand pas le virus Ebola dans l'air ambiant », explique le Pr Bruno Marchou, chef de service des maladies infectieuses et tropicales de l'hôpital de Purpan, à Toulouse, dans la lettre d’information « Santé Nature Innovation ». « Quand on s'occupe d'un patient, on se couvre les mains avec des gants. Si le patient vomit, il faut aussi se couvrir le visage. C'est le b.a-ba. On fait ça tous les jours », poursuit le professeur Marchou. La solution contre l'épidémie consiste à respecter des mesures simples et de bon sens : hygiène, bonne nutrition, vitamine D et vitamine C.
Si l’on s’en tient aux chiffres eux-mêmes, avec plus de 2 000 morts, Ebola se situe au même niveau que la grippe saisonnière en France et loin derrière le paludisme (malaria) qui tue 1,2 million de personnes par an, comme le rappelle « Santé Nature Innovation » qui souligne les incertitudes concernant la mortalité. L’ONG Médecins Sans Frontières déclare elle-même dans « Le Monde » que les cas d’Ebola ayant entraîné la mort se situent entre 20 % et 90 %. Une fourchette très large.
À qui profitera la psychose actuelle, c’est la question qu’on peut se poser. Il faut peut-être s’attendre à voir bientôt surgir sur le marché un traitement ou un vaccin qui rapportera des milliards de dollars au laboratoire qui l’aura mis au point. Un peu le même scénario que pour la grippe porcine (H1N1) en 2009.
 
 

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Monde

Virus Ebola : on exagère les risques

Il semble bien que l’OMS (Organisation mondiale de la santé) et certaines ONG ont suscité une psychose qui n’a pas de raison d’être. En effet, sur le propre site de l’OMS, on peut lire, certes, que « la maladie à virus Ebola (appelée aussi fièvre hémorragique à virus Ebola) est une maladie grave, souvent mortelle, dont le taux de létalité peut être élevé. C’est l’une des...