Happy Few

Monde

Vraie ou fausse Rolex, comment savoir ?

C‘est certainement l’une des premières interrogations de bon nombre de personnes à la vue d’une Rolex au poignet d’une connaissance : est-ce une vraie ou une fausse ? Quelques conseils pour y voir plus clair…

Vraie ou fausse Rolex ? Une question naturelle lorsqu’on sait qu’aux États-Unis, 80% de la demande pour des répliques de montres de luxe concerne Rolex et qu’il se vend, selon les experts, chaque année, près de 7 millions de fausses Rolex dans le monde contre une production de vraies Rolex estimée à 780 000 montres. Rolex est donc de très loin la marque de montre de luxe la plus contrefaite et « logiquement », d’année en année, les contrefacteurs perfectionnent leurs copies. Il n’est ainsi pas toujours évident lorsqu’on n’est pas professionnel de repérer le vrai du faux. Premier élément à regarder, la trotteuse de la montre qui se doit d’avancer de manière fluide et silencieuse sur le cadran et non pas de manière saccadée en proposant un bruit continu de tic tac. La trotteuse des véritables Rolex avance et semble flotter autour du cadran. Le poids de la montre est un critère à prendre en compte. Une vraie Rolex est relativement lourde du fait des matériaux qui sont utilisés lors de sa fabrication (acier, or…). Une fausse Rolex est quant à elle généralement plus légère en raison des matériaux bien meilleur marché utilisés lors de sa conception.
Bon nombre de montres Rolex (comme la Datejust) sont équipées d’une loupe Cyclope placée sur la glace au dessus du guichet de date. Cette loupe Cyclope propose une excellente lisibilité grâce à un agrandissement de 2,5 fois de la date. Sur les répliques, la loupe est généralement bien moins performante.
L’étanchéité d’une vraie Rolex est parfaite, alors n’hésitez pas à passer par le test de la bassine quelques minutes pour vérifier ce point qui a permis très tôt à la marque de se faire un nom dans le milieu de l’horlogerie…
Sur le boîtier d’une Rolex, il est possible de retrouver le numéro de série tamponné sur le bas de la montre à 6 heures et le numéro du modèle sur le haut de la montre à 12 heures. Pour voir ces numéros, il est nécessaire d’enlever le bracelet de la montre. Notez également qu’au dos du boîtier, une véritable Rolex ne propose pas de fond saphir permettant d’observer le mécanisme en marche.
Enfin, coté cadran, en comparant avec le visuel d’une Rolex originale sur le site officiel de la marque, soyez attentif aux détails au niveau des inscriptions, qu’il s’agisse des typographies (police, finesse des caractères…), des index, du logo, au niveau des espacements entre les éléments ou même encore au niveau du fond qui peut être tout simplement peint sur une contrefaçon.
Si, après ces quelques tests, vous n’avez toujours pas de certitudes concernant l’origine de la Rolex et que vous souhaitez rester en dehors des radars du Batman de l’horlogerie, rappelez-vous dans le cas d’une vente que « si c’est trop beau pour être vrai, dans la plupart des cas, c’est que ce n’est pas vrai ».

(*) Pierre-François Duyck
Passionné par la belle horlogerie, Pierre-François Duyck est le co-fon-dateur du blog horloger MagMontres.fr. Un blog francophone entièrement dédié à l’univers des montres de luxe où l’on peut trouver des tests de montres, des interviews de personnalités, les dernières nouveautés des marques suisses les plus prestigieuses...
Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Monde

Vraie ou fausse Rolex, comment savoir ?

Vraie ou fausse Rolex ? Une question naturelle lorsqu’on sait qu’aux États-Unis, 80% de la demande pour des répliques de montres de luxe concerne Rolex et qu’il se vend, selon les experts, chaque année, près de 7 millions de fausses Rolex dans le monde contre une production de vraies Rolex estimée à 780 000 montres. Rolex est donc de très loin la marque de montre de luxe la plus contr...