Performance

Réunion

Zéop annonce un investissement record dans le très haut débit

25 nov 2014 | PAR Philippe Stéphant
Nassir Goulamaly, directeur général du groupe Océinde (au centre sur la photo), en compagnie de Xavier Hermesse, directeur général de Zéop (à droite) et de Frédéric Le Boterve, directeur commercial. « Seul un groupe réunionnais indépendant pouvait oser un tel investissement. Aucun département n’a un programme de cette envergure. » - Philippe Stéphant
L’opérateur réunionnais investit 70 millions d’euros pour amener la fibre optique à 50 % des foyers de l’île, en 2018. En triplant le nombre d’habitations éligibles au très haut débit. Zéop attend aussi la délivrance d’une licence 4G pour développer son offre de téléphonie mobile.

Pionnier du très-haut-débit (THD) à La Réunion, Zéop a étendu son réseau de fibre optique à 60 000 foyers raccordables dans l’île. 20 000 sont, aujourd’hui, clients de l’opérateur réunionnais qui les fait bénéficier, depuis mars dernier, d’un débit descendant de 50 mb/s (mégabits par seconde). Ayant inauguré, en 2013, le déploiement de FTTH (fibre to the home) à La Réunion, Zéop a lancé en avril une offre commerciale de 100 mb/s et teste aujourd’hui des débits de 400 mb/s. « Nous sommes très heureux d’annoncer, aujourd’hui, le plus important investissement dans le THD de l’histoire de La Réunion, déclarait Xavier Hermesse, directeur général de Zéop, le 20 novembre à Saint-Denis. Un investissement de 70 millions d’euros pour atteindre, en 4 ans, un total de 170 000 foyers raccordés, soit 50 % des foyers réunionnais. » C’est un montant supérieur à l’ensemble des investissements de Zéop depuis sa création, soit 50 millions d’euros depuis 2007. Aujourd’hui le seul opérateur 100 % réunionnais, qui emploie cent collaborateurs et gère tous ses services en local, Zéop appartient depuis 2011 au groupe diversifié Océinde, fondé par Abdéali Goulamaly. L’entrepreneur était aussi le pionnier du téléphone portable à La Réunion, par la création de la SRR (Société réunionnaise du radiotéléphone), en 1993, cédée ensuite à SFR. En déployant un réseau THD totalement indépendant de l’opérateur historique, Zéop a libéré l’usage de l’internet dans de nombreux quartiers où le réseau cuivré ne délivre pas les débits nécessaires à son plein fonctionnement.

Le THD est un accélérateur de croissance

Ce nouveau développement concernera 80 000 foyers en propre et 30 000 prises en cofinancement, suivant les partenariats prévus, notamment avec Orange, pour le déploiement du THD sur Saint-Denis. Dans un esprit de cohérence territoriale, de nouvelles communes seront équipées. Saint-Leu, Saint-Benoît, Saint-André, Saint-Joseph, s’ajoutant aux communes déjà pourvues dont le câblage sera poursuivi et finalisé, dans le nord, l’ouest et le sud. « Toutes les zones annoncées seront adressées d’ici deux ans, et la totalité de chaque commune sera couverte, précise Xavier Hermesse. Notre volonté est de continuer à être les leaders et pionniers sur les technologies du THD à la Réunion. » Les débits alloués par Zéop à ses abonnés, deux fois supérieurs à la moyenne observée dans l’île, apportent aussi les usages de l’internet et du multimédia dans les hauts de l’île. « On estime que 1 euro investi dans la fibre optique génère 6 euros d’activité économique, ajoute Nassir Goulamaly. C’est un accélérateur de croissance, une manière de créer et de fixer de l’emploi, en libérant des usages domestiques et professionnels. »  Le développement de Zéop est aussi créateur d’emplois, dans un rapport de trois, en sous-traitance pour un emploi direct. Ce nouveau programme d’investissement devant amener, d’ici 2018, l’ensemble des personnels concernés à près de 500. « Avec un tel investissement, Océinde affirme sa vocation de contribuer fortement au développement économique du territoire, appuie Nassir Goulamaly. »

Ramener le prix de la bande passante à 5 euros le mégabit par seconde

Après avoir contribué à la baisse des tarifs du triple-play dans l’île, estimant avoir permis de restituer 50 millions d’euros de pouvoir d’achat aux Réunionnais, Zéop s’attaque aussi au coût de la continuité numérique avec le reste du monde. « Le coût de la bande passante est le premier frein au développement du THD, et ce problème doit être adressé à court terme. Notre projet de serveur de cache réunionnais, étudié par l’Etat, vise à ramener le prix d’un mb/s autour de 5 euros, poursuit Xavier Hermesse. Il s’achète 1 euro à Paris, mais il coûte aujourd’hui 30 euros, en moyenne, à La Réunion. » Avec le même objectif, l’opérateur investit également dans une technologie innovante de câble sous-marin. « Nous souhaitons, dans l’internet fixe comme dans la téléphonie mobile, ultérieurement, rester l’agitateur du marché des télécommunications en 2015, et rester l’opérateur réunionnais de référence sur le THD. » Zéop fera donc son entrée sur le marché de la téléphonie mobile, mais ne s’intéresse pas au rachat de la licence d’Only que l’Autorité de la concurrence impose au nouveau groupement Altice-SFR de remettre sur le marché. Zéop a déjà déposé un dossier pour demander l’attribution d’une licence 4G, pouvant évoluer en 5G, dont le traitement doit être finalisé en 2015.
 

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Réunion

Zéop annonce un investissement record dans le très haut débit

Pionnier du très-haut-débit (THD) à La Réunion, Zéop a étendu son réseau de fibre optique à 60 000 foyers raccordables dans l’île. 20 000 sont, aujourd’hui, clients de l’opérateur réunionnais qui les fait bénéficier, depuis mars dernier, d’un débit descendant de 50 mb/s (mégabits par seconde). Ayant inauguré, en 2013, le déploiement de FTTH (fibre to the home) à La Réu...