Performance

Réunion

Comptoir du Surgelé : « Le vrai luxe est une expérience »

1 déc 2018 | PAR Ignace de Witte | N°335
Qwelhi, unité de transformation de poisson à Lorient est, avec le Comptoir du Surgelé, l’une des filiales d’Armement des Mascareignes qui appartient au groupe Océinde. Son marché est celui de la restauration haut de gamme. Philippe Stephan
Les cinq magasins à l’enseigne Comptoir du Surgelé appartiennent à Armement des Mascareignes, une société fondée en 1971 pour aller pêcher la légine dans les terres australes et antarctiques françaises (TAAF). À Paris, Qwelhi est le précurseur des produits de la mer surgelés haut de gamme.

Les Comptoirs du Surgelé proposent des plats cuisinés mais également des surgelés de produits non préparés de Madagascar (feuilles de manioc, crevettes, purée de patate douce, citrouille, etc.) mais aussi de la légine, du saumon, de la viande de bœuf d’Espagne ou encore du mouton de Nouvelle-Zélande (catalogue en ligne sur www.armas.re). Les clients sont des restaurateurs, des traiteurs, la restauration collective et des particuliers.
Les Comptoirs du Surgelé sont une filiale d’Armement des Mascareignes, qui possède sa propre flotte de camions de livraison avec cellules frigorifiques (congelés/frais) pour garantir la chaîne du froid. Armement des Mascareignes compte deux autres filiales directement liées : Aquapesca, une ferme aquacole de crevettes sur les rives du Zambèze, au Mozambique, et Qwelhi une usine de transformation du poisson à Lorient, avec une présence à Paris, à destination de la restauration de luxe.

L’expérience du frais

Qwelhi compte parmi ses clients quelque 200 chefs étoilés ! L’entreprise est dirigée par Azmina Goulamaly, fille du fondateur et président du groupe réunionnais Océinde, Abdéali Goulamaly. Qwelhi « source » à Madagascar, dans les TAAF (légine, langouste) mais aussi dans l’Atlantique, en Méditerranée ou au large des côtes australiennes. Qwehli signifie authentique en swahili. Le nom a été choisi par Azmina Goulamaly pour projeter sa marque dans l’univers du luxe contemporain, qui va au-delà du produit et propose une expérience. En l’occurrence, la mise en œuvre de techniques high-tech en matière de surgélation et emballage sous vide pour garantir un goût identique à celui du frais. Qwelhi incarne exactement l’avenir possible pour l’industrie agroalimentaire réunionnaise : l’émergence d’un marché haut de gamme, premium, mêlant haute technologie et produits « nature ».

Pêche Avenir : l’espadon entre dans la danse
Laurent Virapoullé, président de Pêche Avenir, a fait l’acquisition de la flottille de six palangriers chinois de 23,90 m qui étaient à l’abandon dans la darse du Port depuis des années. Ces palangriers sont arrivés à La Réunion en provenance de Fujian Southeast Shipyard (Chine) en mai 2007. Acquis en défiscalisation et avec des subventions européennes, ils étaient exploités par des structures coopératives (Scopar et Socopeva). On parle d’un investissement de 7,5 millions d’euros. Crise économique ou mauvais business-plan, toujours est-il que les navires ont stoppé leur activité les uns après les autres et pourrissaient dans la darse. Selon Laurent Virapoullé, ce sont de bons bateaux, mais leur erreur est d’avoir voulu faire du poisson frais, une activité qui comporte d’énormes contraintes. Le Crédit Maritime a mis en vente les six palangriers et Pêche Avenir s’est mis sur les rangs. Après un test grandeur nature avec deux unités (Clipperton et Manohal), Laurent Virapoullé a décidé de modifier les autres unités (Cap Tristan, Cap Charlotte, Marine Ursule et Fournaise) selon le même principe et avec l’aide du tout nouvel atelier de réparation navale Piriou Réunion (dont Pêche Avenir est actionnaire). Objectif, se lancer dans la pêche à l’espadon congelé, une filière nouvelle dans la pêche réunionnaise, qui se positionne, là encore, sur le haut de gamme. 
Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Réunion

Comptoir du Surgelé : « Le vrai luxe est une expérience »

Les Comptoirs du Surgelé proposent des plats cuisinés mais également des surgelés de produits non préparés de Madagascar (feuilles de manioc, crevettes, purée de patate douce, citrouille, etc.) mais aussi de la légine, du saumon, de la viande de bœuf d’Espagne ou encore du mouton de Nouvelle-Zélande (catalogue en ligne sur www.armas.re). Les clients sont des restaurateurs, des traiteu...