Eco Austral – Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Découvrez tous nos articles en illimité. Je m’abonne

Logo Eco Austral
n

Eco Austral - Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Réunion

Cap Bourbon : horizon dégagé en 2022

Quotas de pêche revalorisés, nouveaux produits attractifs… Après avoir essuyé le gros grain de la crise sanitaire ces derniers mois, un vent d’optimisme souffle sur l’armateur réunionnais spécialisé dans la pêche à la légine.

Avec ses différentes activités alliant la pêche à la légine, la transformation des produits de la mer, leur conditionnement et leur export, Cap Bourbon est à la fois un armateur et une véritable filière intégrée proposant une offre multiservices pour les professionnels des produits de la mer à La Réunion. La société pouvait donc légitimement s’inquiéter du contexte économique fortement impacté par la crise sanitaire mondiale de la covid-19. Or, malgré la tempête, Cap Bourbon a su rester à flot. L’année 2021 a même été marquée par des campagnes de pêche avantageuses, permettant à l’armateur d’atteindre son quota en l’espace de trois marées, quand quatre sont habituellement nécessaires.

Côté exportation, l’entreprise a, là aussi, réussi à garder la tête hors de l’eau, grâce notamment au soutien de clients historiques qui ont fait preuve d’une grande solidarité en pleine crise mondiale : « Depuis 1998, Cap Bourbon noue des relations très fortes avec ses clients, explique Tugdual Poirier, directeur d’exploitation de l’entreprise. Lorsqu’ils ont rencontré des difficultés, nous avons été là. Cette fois, c’est eux qui nous ont aidés à rester à flot durant cette période incertaine. » À terre, les perspectives sont également prometteuses. Océane Production a pour objectif de doubler la production en 2022 et ainsi renforcer son positionnement de filière intégrée à La Réunion et d’exportateur à l’international. Un projet d’extension est également en cours, qui permettrait de doubler la capacité de stockage en froid négatif à -24°C et offrirait un outil polyvalent au service des professionnels de la filière.

Nouveaux besoins de consommation

Outre l’aspect quantitatif, le qualitatif est également mis en avant. La technique du filetage de la légine (technique consistant à lever les filets) a ainsi été acquise par l’équipe d’Océane Production et représente un savoir-faire encore peu développé dans l’océan Indien sur ce poisson d’exception. Celle-ci vient notamment répondre à de nouveaux besoins de consommation issus de la crise de la covid (attrait pour les produits prêts à cuisiner, à préparer à domicile plutôt qu’à découvrir au restaurant).

D’autre part, le travail sur le lancement de nouveaux produits comme les œufs de légine (voir encadré) et la valorisation des coproduits de la pêche, autre savoir-faire de l’entreprise, ouvrent de nouvelles possibilités de marché à l’armateur et son atelier de transformation. Conforté dans ses choix stratégiques, Cap Bourbon veut voir plus loin. Consciente de l’impact que peut avoir son activité sur l’environnement, l’entreprise souhaite plus que jamais se présenter comme un acteur de la pêche responsable, s’intégrant dans l’économie bleue de l’océan Indien.

« Nous poursuivons notre quête pour améliorer notre impact environnemental, à travers la recherche de techniques de navigation pour réduire notre empreinte carbone et en essayant d’aller vers une pêche plus efficace. Nous menons également une réflexion pour utiliser dans leur entièreté et valoriser au mieux l’ensemble de la ressource pêchée et ainsi minimiser les déchets. », annonce Tugdual Poirier.

Les œufs de légine : un plaisir rare : Vendus en petite quantité et uniquement à La Réunion fin 2021, les œufs de légine de Cap Bourbon ont dépassé toutes les attentes de l’entreprise. Première mondiale, il aura fallu à peine deux semaines pour écouler les quelques centaines de pots d’œufs de 80 g, exclusivement distribués en épicerie fine dans l’île. Ce produit est issu d’une pêche occasionnelle, suite au prélèvement ultra sélectif et hautement cadré de légines, dont parfois certaines femelles remontées sont grainées de ces « perles des mers australes ». En conséquence, les quantités disponibles sont incertaines, et il faudra guetter les prochains arrivages.