Eco Austral

Découvrez tous nos articles en illimité. Je m’abonne

n

Eco Austral

Réunion

CÉLINE CABAUD, MARIE VANGHELLE ET MARION VARINOT : Trois avocates, une énergie

Céline Cabaud, Marie Vanghelle et Marion Varinot ont décidé de donner à leurs carrières respectives une trajectoire commune. Depuis septembre 2021, ces trois jeunes avocates pleines d’entrain se sont installées ensemble à Saint-Gilles-les-Bains. Elles déploient une solide énergie…

« C’est sous l’impulsion de Céline que nous avons dessiné, en quelques semaines seulement, le projet de réunir nos amitiés et nos cabinets dans cet appartement de Roquefeuil entièrement repensé par nos soins », raconte Marion Varinot. À 40 ans à peine, elle est déjà la doyenne de ce trio d’avocates, que complètent Marie Vanghelle, 35 ans, et la benjamine Céline Cabaud, 32 ans. « Mais, attention, il faut bien préciser que nous ne sommes pas associées au sein d’un seul et même cabinet. Nous continuons d’exercer individuellement, en toute indépendance. Nous avons simplement mutualisé les locaux », souligne Marie. Les locaux certes, mais pas seulement. Ces trois avocates au barreau de Saint-Denis ont fait de certaines valeurs, que chacune considère comme essentielles dans leur profession, un crédo partagé. Et d’énoncer en choeur : « Disponibilité, réactivité, proximité ! » Et ce, quels que soient leurs domaines de compétences. Car Marion, Marie et Céline n’interviennent pas auprès du même type de clients.
Quand les deux premières sont orientées droit des affaires, la troisième privilégie les divorces, la défense pénale ou encore les préjudices corporels. « J’ai même obtenu fin 2021 un diplôme universitaire préjudices corporels, qui me donne davantage de légitimité encore pour accompagner les victimes dans leurs demandes de dommages et intérêts », se félicite Céline Cabaud. Après avoir prêté serment à Bordeaux en 2016, la fraîchement diplômée a de suite exercé à La Réunion, avant d’ouvrir son cabinet en 2018 à Saint-Denis.
Pour Marie et Marion, les cas à étudier se révèlent moins variés, souvent nettement moins dramatiques. « En droit des affaires, nos clients sont évidemment des entreprises. Pour ma part, depuis le lancement de mon cabinet en 2017 à La Saline- les-Bains, j’ai eu la chance de pouvoir m’appuyer sur mon expérience parisienne et sur le réseau que j’y ai construit pour développer une clientèle de compagnies d’assurances, de grands comptes, mais aussi de PME. Je les assiste sur la durée, aussi bien pour du conseil, de la défiscalisation que du contentieux », détaille Marion Varinot. Quant à l’hyperactive Belge Marie Vanghelle (membre de divers organes du Medef local, de l’Union des Jeunes avocats de La Réunion et depuis peu membre du Conseil de l’Ordre), elle s’est installée à son compte en 2020. Pour elle, pas de contentieux. « J’interviens en support auprès des TPE, PME et professions libérales pour leur fournir du conseil, souvent en partenariat avec des experts-comptables de la place. » 

Complémentarité et opportunités

Des domaines de compétences distincts, des clients aux profils bien spécifiques. Rien n’apparaît susceptible de créer de la concurrence malsaine entre ces avocates et amies. « Nous sommes même plutôt complémentaires », note Céline. 
Ces trois femmes arrivées dans l’île il y a moins de dix ans trouvent dans leur exercice réunionnais « un épanouissement total ». Marion et Marie notamment, qui apprécient de pouvoir « instaurer des relations de confiance et construire à long terme avec des entreprises clientes souvent très bienveillantes à notre égard. » Ces deux avocates en droit des affaires considèrent même que « le dynamisme économique péi impulse des projets multiples et stimulants, synonymes d’opportunités qui, à Paris ou à Bordeaux, ne se seraient jamais présentées à [elles] en tant que jeunes avocates ».