Eco Austral – Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Découvrez tous nos articles en illimité. Je m’abonne

Logo Eco Austral
n

Eco Austral - Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Réunion

DAVID CAILLEUX, DIRECTEUR GÉNÉRAL DE COVINO : « Il faut renforcer l’investissement local »

Principal embouteilleur de vin à La Réunion et premier importateur et distributeur de vins et spiritueux, Covino est une entreprise réunionnaise historique, implantée au Port depuis 1954 et désormais filiale du groupe Castel. Entretien avec David Cailleux, directeur général de Covino depuis 2020.

« Rappelons que 67 % des volumes écoulés proviennent de notre coeur de métier historique : l’embouteillage de vin. »  ©Corinne Tellier
 

L’Éco austral : Comment Castel-Covino a-t-elle traversé la crise de la covid ?
David Cailleux
: Pour appréhender cette question, il faut rappeler que Covino dispose de trois réseaux de distribution : les GMS (grandes et moyennes surfaces), notre réseau de caves Nicolas (dont nous sommes master franchisés depuis 2000) et les CHR (cafés-hôtels-restaurants). Avec la pandémie, les confinements et les mesures restrictives, la consommation hors du domicile s’est reportée sur une consommation à domicile. Les GMS et surtout Nicolas ont profité de cet effet d’aubaine. Les caves Nicolas ont notamment connu une forte hausse de fréquentation, avec une croissance du chiffre d’affaires global de plus de 25 % en 2021. Nous avons même ouvert notre neuvième cave à l’Éperon l’année dernière. Et je vous annonce l’ouverture prochaine d’un dixième Nicolas à La Réunion ! Le quinzième dans l’océan Indien…

Qu’en est-il des CHR ?
Comme je l’expliquais, la consommation s’est recentrée sur le domicile, au détriment du hors-domicile. Façon vases communicants. Pour les cafés, hôtels et restaurants, l’épisode covid a été et continue d’être très compliqué à vivre. En 2020, notre chiffre d’affaires sur le secteur a enregistré une chute de 22 % ! Mais nous sommes constamment restés au plus près de nos clients professionnels, pour les accompagner au coeur de la crise. Nos efforts ont payé puisqu’en 2021, nous avons conquis de nouveaux clients (nous en avons désormais 225 sur toute l’île) et compensé en partie les pertes affichées en 2020. L’idée est d’avancer coûte que coûte !

Dans un contexte maritime compliqué, quelles sont les perspectives pour Covino ?
Nous importons sous différents conditionnements, dont le vin transporté en citerne et mis en bouteille au Port, mais aussi des vins français et étrangers déjà conditionnés, des champagnes, des bières et quelques alcools. Mais également, il ne faut pas l’oublier, les bouteilles, les bouchons, les étiquettes, tout ce quiest indispensable à notre activité d’embouteillage. Nous sommes par conséquent impactés par la hausse des tarifs du fret au même titre que tout le monde, voire davantage. Sans oublier la hausse du vin en lui-même, suite à des vendanges 2021 catastrophiques… L’année 2022 s’annonce compliquée, mais nous allons jeter toutes nos forces dans la bataille !

C’est-à-dire ? 
Nous souhaitons maintenir les emplois et une certaine compétitivité sur les tarifs actuellement pratiqués sur nos références les plus populaires. Rappelons que 67 % des volumes écoulés proviennent de notre coeur de métier historique : l’embouteillage de vin. Royal, Baron Peyssard, Marquis de Robitaille… Toutes ces références bien connues des Réunionnais constituent le socle, solide, sur lequel il faut nous appuyer pour résister et bâtir. Il faut renforcer l’investissement local. C’est la raison pour laquelle nous lancerons en 2023 le chantier de modernisation de nos lignes d’embouteillage. Nous pourrons alors optimiser la production, le stockage et poursuivre une montée en gamme débutée en 2020 avec le premier vin embouteillé en certification Terra Vitis. Grâce aux citernes calorifugées dans lesquelles nos vins voyagent, leur qualité est préservée des variations de températures. Une qualité qui nous amène à transformer l’essai, puisque nous lancerons en 2022 deux nouvelles références premium embouteillées en local : un Bordeaux Supérieur et un Côtes du Rhône (en Terra Vitis). Nous continuons donc de compléter l’offre produite en local, en misant sur un pan de notre activité et de notre histoire que nous estimons prioritaire.

Castel-Covino en chiffres

• Compagnie vinicole de l’océan Indien (Covino) créée en 1954
• Activité d’embouteillage depuis 1957
• Filiale du groupe Castel depuis 2004
• Plus de 500 conteneurs réceptionnés par an
• 27 millions d’euros de CA en 2021
• 70 % du CA en GMS, 10 % en CHR, 20 % en caves Nicolas
• 40 % de parts de marché estimées sur le vin en 2021 (estimation à partir des déclarations douanières)
• 5,2 millions de litres vendus en 2021 (tous alcools confondus)
• 4,5 millions d’équivalents 75 cl de vin embouteillés au Port (soit 67 % des volumes d’alcool écoulés au total)
• 500 produits distribués (hors caves Nicolas)
• 65 emplois directs