Eco Austral – Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Découvrez tous nos articles en illimité. Je m’abonne

Logo Eco Austral
n

Eco Austral - Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Réunion

Jean-Luc Allègre Goût nature

« La nature est une immense galerie d’art à ciel ouvert. » Tel est le leitmotiv de cette superbe exposition itinérante en plein air qui se tient à La Réunion du 3 juin au 29 décembre 2019. Trente-deux images goût nature d’un photographe épris de grands espaces.

Organisée par l’association Images & Nature, l’exposition Nature, instants d’éternités, qui se tient actuellement à La Réunion, présente 32 visuels de grandes dimensions (30 x 150 cm) du photographe Jean-Luc Allègre. « En cette période troublée où de nombreux dangers environnementaux pèsent sur le devenir de la Terre et de l’humanité, cette exposition sensibilisera grand public et scolaires à la protection des milieux naturels terrestres et aquatiques », souligne l’artiste qui ne fait pas mystère de sa fibre écologique. Il a notamment travaillé aux côtés de Nicolas Hulot dans le cadre de la célèbre émission de TF1, Ushuaïa Nature.
Né en 1961 à Clermont-Ferrand, au pied des volcans d’Auvergne, il débute sa vie professionnelle en 1983, à l’île de La Réunion, comme conseiller agricole, puis journaliste. Photographe autodidacte, passionné par la nature et les sciences de la Terre, il n’a de cesse, depuis 25 ans, de parcourir le monde en quête d’ambiances, de paysages et de lumières exceptionnels. 
Ses nombreuses pérégrinations sur les six continents l’ont conduit à travers une soixantaine de pays, des sables brûlants du désert de l’Atacama aux glaces du Groënland, de la forêt canadienne au cœur d’une colonie de manchots royaux aux Kerguelen, de la savane africaine aux volcans cracheurs de feu du Kamtchatka. Ce sont ces vingt-cinq années de photographie professionnelle, notamment comme collaborateur du magazine Geo, qui sont représentées ici. Trente-deux images où les règnes minéral, végétal et animal composent une ode à la beauté de la Terre.

Faire passer le message

L’exposition est déclinée autour de la vingtaine d’écosystèmes terrestres et aquatiques qui composent notre planète. C’est ainsi que sont présentés les régions polaires, la toundra, la taïga, steppes et prairies, savanes, forêts boréales et tempérées, forêts tropicales, montagnes, déserts froids, déserts chauds, mais aussi marais et mangroves, rivières, fleuves, deltas, étangs et lacs, océans, îles, atolls et récifs coralliens. Sans oublier une présentation du cycle de l’eau et des volcans.
Le concept d’exposition de rue – gratuite et visible de jour comme de nuit – a été initié il y a une quinzaine d’années par Yann Arthus-Bertrand avec sa Terre vue du ciel, et connaît partout dans le monde un engouement remarquable. « Permettant à l’art photographique d’aller au-devant du public, moins sacralisées et académiques, les expositions en plein air sont populaires et surtout, par l’émotion qu’elles suscitent, représentent une formidable opportunité pour faire passer un message. » 
Nature, instants d’éternités est aussi un superbe album à paraître en novembre 2019, dont les cent photographies rendent hommage avec encore plus de profondeur à l’inlassable travail de ce « marcheur considérable » qu’est Jean-Luc Allègre. « Les photos délicates et sensibles que nous livre depuis un quart de siècle l’œil de Jean-Luc Allègre nous rappellent tout simplement que la Nature a du talent. Elle est même une artiste surdouée ! », écrit Nicolas Hulot qui signe la préface.

« Nature, instants d’éternités » de Jean-Luc Allègre (préface de Nicolas Hulot, postface de Jean-Louis Étienne). Images & Nature, novembre 2019, 29 x 29 cm, 160 pages, 100 photos. Prix : 29 euros (tarif entreprises, comités d’entreprises et collectivités à partir de 25 euros).

 

Ces baobabs multicentenaires, aux troncs gorgés d’eau pour mieux résister à la sécheresse, sont caractéristiques de la côte ouest de Madagascar, particulièrement aride. La taille relativement modeste du système foliaire, notamment en période sèche, garantit à l’arbre une moindre évaporation.
Ces baobabs multicentenaires, aux troncs gorgés d’eau pour mieux résister à la sécheresse, sont caractéristiques de la côte ouest de Madagascar, particulièrement aride. La taille relativement modeste du système foliaire, notamment en période sèche, garantit à l’arbre une moindre évaporation.
 

 

Mécénat culturel
Votre entreprise souhaite s’associer à l’exposition itinérante « Nature, instants d’éternité » afin de lui donner une plus grande extension ? Le photographe Jean-Luc Allègre fait appel au mécénat culturel et propose aux entreprises de La Réunion (et d’ailleurs) de parrainer un des trente-quatre tableaux grands formats (100 x 250 cm) 1 000 à 1 500 euros, selon l’option choisie. Cette opération de mécénat culturel s’inscrit dans le cadre de la loi du 1er août 2003, permettant de défiscaliser de l’impôt sur les sociétés (IS) 60 % du don consenti.
Les dates de l’expo
3 juin-7 juillet 2019 : front de mer de Saint-Paul
8 juillet-11 août 2019 : jardin de la Plage à Saint-Pierre
12 août-15 septembre 2019 : musée de Stella Matutina à Saint-Leu
16 septembre-20 octobre 2019 : jardin de l’État à Saint-Denis
21 octobre -24 novembre 2019 : place Pierre-Semat au Port
25 novembre-29 décembre 2019 : place Louis-Brunet à Saint-Benoît

 

Le Groenland est recouvert, hormis sur une mince bande littorale, d’une épaisse calotte glaciaire, l’inlandsis. Trois mille mètres de glace recouvrent le socle rocheux dans sa partie centrale. Le niveau des océans s’élèverait de 7 m en cas de fonte totale.
Le Groenland est recouvert, hormis sur une mince bande littorale, d’une épaisse calotte glaciaire, l’inlandsis. Trois mille mètres de glace recouvrent le socle rocheux dans sa partie centrale. Le niveau des océans s’élèverait de 7 m en cas de fonte totale.
 

 

Au coeur des Combrailles, en Auvergne, le méandre de Queuille décrit une magnifique boucle sur le cours de la Sioule. Un belvédère a été aménagé sur un éperon rocheux, 250 m audessus de la rivière. En automne, les feuillus qui colonisent les berges leur offrent un magnifique écrin lorsqu’ils se parent de couleurs mordorées.
Au coeur des Combrailles, en Auvergne, le méandre de Queuille décrit une magnifique boucle sur le cours de la Sioule. Un belvédère a été aménagé sur un éperon rocheux, 250 m audessus de la rivière. En automne, les feuillus qui colonisent les berges leur offrent un magnifique écrin lorsqu’ils se parent de couleurs mordorées.