Eco Austral – Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Découvrez tous nos articles en illimité. Je m’abonne

Logo Eco Austral
n

Eco Austral - Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Réunion

La fac de médecine sort de terre

Dès la prochaine rentrée universitaire, la plupart des étudiants réunionnais en médecine et tous les personnels administratifs liés à cette filière seront regroupés à l’UFR (Unité de formation et de recherche) Santé dont la construction tire à sa fin sur le campus de Terre-Sainte. La « fac de médecine » réunionnaise gagnera ainsi en visibilité, les étudiants et les administratifs de l’UFR étant jusqu’à présent répartis entre les sites universitaires de Moufia, de Saint-Pierre et du Tampon. Architecture inventive, végétalisation généreuse et gestion innovante des écoulements d’eaux pluviales dans la pente attireront sans doute les regards, mais pour l’Université de La Réunion, cette implantation marque surtout un nouveau palier dans le déploiement des formations médicales sur l’île. « Nous avons commencé en 2008 avec la création d’un département de sciences médicales, qui a permis la mise en place de la 1ère année d’études, en partenariat avec la faculté de médecine de Bordeaux, rappelle son président, Frédéric Miranville. L’UFR Santé est logiquement née en même temps que le CHU, en 2012.
L’offre de formation s’est élargie à l’ensemble du 1er cycle, jusqu’à la troisième année, nos étudiants partant ensuite à Bordeaux. En 2016, le 3ème cycle, celui de l’internat, a été ouvert et a permis de diplômer les premiers médecins réunionnais en 2017. La prochaine étape, en septembre 2023 nous l’espérons, sera l’ouverture du 2ème cycle.
»
La Réunion offrira alors une filière complète d’études médicales. Les évolutions récentes de leur organisation, avec la fin du numerus clausus en deuxième année et l’augmentation des capacités d’accueil, rendent cet élargissement indispensable. « Sans cela, nous aurons du mal à trouver des places en deuxième cycle pour nos étudiants à Bordeaux et dans les autres universités métropolitaines partenaires, explique Frédéric Miranville, ces dernières devant également accueillir un nombre grandissant d’étudiants du 1er cycle. »