Eco Austral – Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Découvrez tous nos articles en illimité. Je m’abonne

Logo Eco Austral
n

Eco Austral - Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Réunion

La filière aéronautique de La Réunion se structure

L’association Aéro Tech océan Indien, qui a l’ambition de structurer une filière aéronautique régionale, lance ses premières actions en commençant par le domaine de la formation.

Dans le courant du mois de janvier, les directions techniques des compagnies aériennes des-servant l’aéroport Roland-Garros se rencontreront pour passer en revue leurs différents besoins pouvant faire l’objet de réponses mutualisées. L’initiative en revient à Aéro Tech océan Indien, association fondée par l’aéroport Roland-Garros et plusieurs partenaires (Cinor, Région, Air Austral, Hélilagon) pour porter un projet de pôle aéronautique régional. La recherche de synergies entre les acteurs du transport aérien, pour localiser à La Réunion des interventions techniques réalisées ailleurs ou mutualiser l’approvisionnement en pièces détachées ou l’utilisation d’outillages, fait partie des ambitions d’Aéro Tech.

Ses premiers pas ont été fortement perturbés par la crise sanitaire, l’acte de naissance de l’association datant de décembre 2019. Elle s’est étoffée depuis, compte près de 40 membres et entre progressivement dans la concrétisation de sa feuille de route. « Nous nous concentrons, pour commencer, sur le volet compétences et métiers, annonce son délégué général, Nicolas Mareschal. Aéro Tech a commandé en 2022 une étude prospective des besoins en compétences et de l’évolution des métiers qui a provoqué une prise de conscience : l’évolution du trafic aérien va générer, tous métiers confondus, un millier d’emplois directs au cours des cinq prochaines années. Nous devons orienter l’offre de formation pour répondre à ces besoins. » L’étude réalisée par le groupe Elan et cofinancée par l’État et Akto, l’Opérateur de compétences des secteurs des services, estime à plus de 700 le nombre d’emplois à pourvoir chez les navigants et dans les métiers de l’exploitation et de la sécurité-sûreté, à plus de 300 dans la maintenance, la logistique, les relations clients et les fonctions administratives.

Deux étapes importantes ont été franchies ces dernières semaines, avec la signature d’une convention de partenariat entre Aéro Tech OI et Aérocampus Aquitaine (voir L’Éco Austral n°383) et la signature d’un contrat régional de filière aéronautique et drone. « Un comité de pilotage a été mis en place avec l’État et la Région, se félicite Guillaume Branlat, président de l’association et du directoire de l’aéroport Roland-Garros. L’aérien est considéré comme une filière d’avenir par le Conseil régional, nous devenons éligibles à des moyens auxquels nous n’avions pas accès, comme ceux de France 2030. Le contrat de filière va se traduire par la déclinaison d’une politique visant des objectifs à moyen et long terme, avec des actions concrètes, notamment dans le domaine de la formation. »

« Nous appuyer sur ce qui existe »

Le partenariat avec Aérocampus Aquitaine doit permettre la mise en place rapide des premières formations « hors les murs ». Dans quelques années, un Aérocampus océan Indien non virtuel devrait sortir de terre, sur le terrain actuellement occupé par le Club hippique de Bourbon et désormais propriété de l’aéroport Roland-Garros.

Air Austral, acteur majeur de l’activité aérienne touchant La Réunion, s’investit également dans les actions d’Aéro Tech OI « pour faire en sorte que l’océan Indien soit un pôle aérien attractif, estime Pierre Bosse, membre du directoire de la compagnie. La notion de filière aéronautique a du sens, elle doit être fédérée pour accompagner la croissance du transport aérien. Les emplois dont nous aurons besoin doivent être trouvés ici. Nous devons travailler sur des sujets dont on pourra tirer de la valeur ajoutée… sans siphonner les emplois d’Air Austral ! Il y a beaucoup de choses à faire, mais il faut être raisonnable ».

« Nous devons nous appuyer sur ce qui existe pour créer de la valeur, approuve Guillaume Branlat. Nos métiers évoluent, les technologies également, tout le monde ne peut pas être bon partout. Dans la maintenance, notamment, les partenariats devront être gagnant- gagnant. »