Eco Austral – Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Découvrez tous nos articles en illimité. Je m’abonne

Logo Eco Austral
n

Eco Austral - Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Maurice

Le Club Med à la reconquête du marché chinois

Le tout nouveau Club Med La Pointe-aux-Canonniers, agrandi et rénové en un temps record, a été inauguré en juin dernier. Aujourd’hui, ses objectifs sont clairs : consolider sa base clientèle et attirer davantage de touristes chinois, malgré leur baisse constante dans les arrivées depuis 2016.

C’est un « village » agrandi de 108 chambres (394 chambres au total) qui attend aujourd’hui le visiteur. Après cinq mois de travaux et un investissement de 42 millions d’euros, le Club Med de Pointe-aux-Canonniers a rouvert ses portes en novembre 2018. Mais ce n’est que le 6 juin dernier que l’inauguration officielle a eu lieu en compagnie d’Henri Giscard d’Estaing (P-DG du Club Med), Patrick Calvet (directeur général des opérations Europe-Afrique-Moyen-Orient) et Emmanuel Cohet (ambassadeur de France).
Henri Giscard d’Estaing a largement évoqué les objectifs de cette rénovation, rappelant au passage que le Club Med a été le premier groupe hôtelier international à s’implanter à Maurice, en 1973. Pour le leader mondial des clubs de vacances, il s’agit tout d’abord d’attirer davantage la clientèle chinoise vers Maurice, d’autant que depuis 2015, l’entreprise appartient au conglomérat chinois Fosun International. 
Si la clientèle chinoise est la deuxième du Club Med au plan international, à Maurice elle est en récession constante depuis 2016 : « Le marché a commencé à décliner (moins 33 % de visiteurs pour la période janvier-avril 2019 comparée à la même période en 2018 – NDLR) suite aux impacts du virus  Ebola en Afrique. Nous analysons d’autres raisons et travaillons à apporter des solutions de concert avec le ministère du Tourisme, la Mauritius Tourism Promotion Authority (MTPA), nos représentants commerciaux en Chine, Air Mauritius et l’Association des hôteliers et restaurateurs de l’île Maurice (Ahrim) », explique Lionel Benzoni, directeur de Club Med Maurice.

Perte de visibilité

Pour lui, la destination Maurice « souffre également de quatre autres points : la concurrence de destinations telles que les Maldives, Bali et Phuket qui proposent des vacances balnéaires dans de très beaux hôtels plus proches de la Chine ; la perte de visibilité et d’attractivité de la destination ; la complexité de la distribution indirecte en Chine (à travers les agences) et l’aérien qui, de façon induite, a réduit le nombre de sièges et des lignes. » Parmi les solutions envisagées, la recherche de partenariats avec de «  grandes compagnies nationales chinoises ». Les nouvelles technologies auront également leur rôle à jouer, notamment les nouveaux systèmes de réservations de services en ligne via des applications.
La rénovation du Club Med de la Pointe-aux-Canonniers avait aussi pour objectif de consolider sa clientèle de base qui est majoritairement française (un tiers des arrivées touristiques à Maurice.) « Notre clientèle se décline en trois principaux groupes : les familles, ceux qui viennent pour les activités sportives, nautiques notamment, et les couples. Pendant l’été austral, nous recevons beaucoup de Français, d’Italiens et de Belges. En hiver, ce sont surtout des Sud-Africains et des Mauriciens, ces derniers surtout pour passer quelques journées ou des week-ends », explique Flavia Bove, cheffe de village (directrice de l’hôtel). 

© Club Med

La MCB (Covifra), propriétaire des murs
La Compagnie des villages de vacances de l’Isle de France (Covifra), qui possède et loue les infrastructures de l’hôtel de Pointe-aux-Canonniers au Club Med, a investi 30 millions d'euros pour les travaux de rénovation et d'agrandissement. Le groupe MCB, représenté à l’inauguration par Rony Lam, Chief Executive Officer de MCB Capital Markets, en est l’actionnaire majoritaire. Il a fait l’achat de 84,4 % des parts de cette compagnie précédemment détenus par Club Med SAS en 2017. L’achat avait coûté à l’époque 25 millions d’euros.