Eco Austral – Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Découvrez tous nos articles en illimité. Je m’abonne

Logo Eco Austral
n

Eco Austral - Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Maurice

Le groupe Newrest investit dans le catering aérien

Après avoir racheté pour 6,6 millions d’euros l’activité de catering aérien du groupe indien Oberoi, le Français Newrest vient d’investir 7 millions d’euros dans la rénovation complète de son site de production. Un outil performant qu’il va falloir maintenant rentabiliser.

Le groupe français Newrest est un acteur mondial de premier plan dans le catering aérien. Mais il opère également dans le catering ferroviaire, la restauration aéroportuaire, le Duty Free, les salons et les bases de vie comme, par exemple, à Madagascar, auprès du site minier d’Ambatovy. De quoi réaliser un chiffre d’affaires de près de 2,3 milliards d’euros dans son dernier exercice financier (2022/23). Dans l’océan Indien, outre Madagascar, il est présent à La Réunion dans le catering aérien, le commerce et la restauration (en partenariat avec le Réunionnais Cap Méchant). Il lui manquait encore Maurice et ce n’est pas faute d’avoir prospecté. Le fondateur du groupe en 1996 et son co-président, Olivier Sadran, souligne être venu personnellement une première fois il y a 14 ans et une deuxième fois il y a 10 ans, sans succès. Finalement, une opportunité s’est présentée en 2021, alors que le secteur aérien subissait de plein fouet la crise de la covid. Le groupe indien Oberoi était décidé à céder sa filiale mauricienne EIH Flight Services Ltd spécialisée dans le catering aérien et ayant comme principal client Air Mauritius. Une filiale qui subissait des pertes dès avant la crise covid et dont l’unité de production avait besoin d’une solide rénovation. Pour autant, Oberoi n’avait pas l’intention de brader l’entreprise dont le chiffre d’affaires s’était effondré à 46,46 millions de roupies (moins d’un million d’euros). Newrest, qui tenait à cette acquisition, a finalement déboursé 330 millions de roupies (environ 6,6 millions d’euros au moment de la transaction). Olivier Sadran reconnaît en aparté que c’est cher payé pour une entreprise qui, au meilleur de sa forme affichait dans les 8 millions d’euros de chiffre d’affaires, sans avoir trouvé pour autant sa rentabilité. Mais Newrest tenait à son implantation à Maurice alors qu’il assure déjà le catering d’Air Mauritius au départ de Paris.

Après l’acquisition en début d’année 2023, le groupe a lancé de gros travaux sur l’unité de production qui s’étend sur un hectare de bâtiments. Une rénovation qui visait à en faire un modèle en matière de développement durable et plus largement de RSE (lire notre hors-texte à ce sujet). À signaler qu’outre les travaux de mise aux normes et de réduction de la consommation d’énergie et d’eau, l’unité va disposer de six nouveaux camions de catering.

Au total, l’investissement se monte à plus de 7 millions d’euros. Si l’on ajoute l’acquisition de l’entreprise, l’addition s’élève donc à près de 14 millions d’euros. Le prix à payer pour s’implanter à Maurice qui demeure pourtant un petit marché occupé par deux opérateurs. En effet, face à Newrest, il y a un acteur historique, le groupe mauricien Beachcomber, numéro un de l’hôtellerie. Un concurrent qui compte parmi ses clients Emirates, un gros avec ses deux Airbus A380 quotidiens, mais aussi Corsair et Air France. Du côté de Newrest, Air Mauritius pèse 70 % de l’activité, le reste étant fourni par plusieurs compagnies comme British Airways, Turkish Airlines et Condor. La concurrence promet d’être vive sur les prochains appels d’offres.

Une unité de production « durable » : Pour le groupe Newrest, qui s’est fixé des objectifs d’ici à 2030 en matière de responsabilité
sociétale (RSE), il s’agissait non seulement de rénover l’unité de production, mais aussi de la rendre plus « durable ». Le groupe parle d’une « transformation à 360° » : – Un système de chauffage, de ventilation et de climatisation plus efficace placé sur le toit ainsi que de nouvelles tours d’extraction de la cuisine chaude pour réduire la consommation d’énergie et améliorer la qualité de l’air ; – 25 chauffe-eau solaires raccordés au réseau d’eau, ce qui limite l’utilisation de chauffe eau diesel ; – Une première pour le groupe, l’utilisation d’un système d’étanchéité réfléchissant qui permet de refroidir le bâtiment tout en assurant l’étanchéité ; – Les panneaux solaires existants produisent déjà une partie des besoins en électricité ; – Installation de chambres froides et de panneaux isolants dans toute l’unité de restauration pour de meilleures conditions de travail et de perméabilité à la poussière et aux insectes ; – Le sol vert antidérapant de Newrest a remplacé l’ancien carrelage pour une meilleure sécurité au travail ; – Un tout nouveau système de lavage de la vaisselle permet de réaliser d’importantes économies d’eau et de détergent.