Eco Austral – Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Découvrez tous nos articles en illimité. Je m’abonne

Logo Eco Austral
n

Eco Austral - Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Maurice

Le programme « SigneNatir » de Business Mauritius

Pour Business Mauritius, qui fédère les acteurs économiques, la RSE n’est pas un vain mot. Son programme « SigneNatir » veut inciter les entreprises membres (plus de 400, parmi lesquelles les plus importantes) à se tourner vers le développement durable.

« SigneNatir » est une affaire très sérieuse. Une commission chapeaute le programme et supervise son implémentation à travers cinq comités : économie circulaire, transition énergétique, biodiversité, vibrant community et inclusive growth.

« SigneNatir est une initiative pour engager le secteur privé à agir face au changement climatique. C’est en quelque sorte un pacte entre les entreprises et la nature », résume Amadine Hardowar de Rosnay, qui dirige la Commission sur le développement durable à Business Mauritius.

Plus largement, l’organisation patronale consolide ainsi son rôle de pont avec l’État en ce qui concerne toutes les actions menées par le secteur privé avec le changement climatique en filigrane. Mais pas que… Car il s’agit surtout d’encourager les entreprises à adopter les bonnes pratiques sociétales en faveur du développement durable. « Tout est volontaire, nous encourageons, nous donnons les outils. Ainsi, pour une entreprise, cela devient réalisable et cela a un impact réel », précise Amandine Hardowar de Rosnay.

Par exemple, les entreprises sont appelées à valoriser l’héritage culturel mauricien, dans la foulée de ce que font déjà certains groupes hôteliers et entreprises touristiques, en collaboration avec les communautés locales.

Concrètement, Business Mauritius a engagé une série d’initiatives auprès des entreprises en constituant un réseau de « championnes » des bonnes pratiques, qui ont mis en place un mécanisme élaboré de principes à suivre. Depuis quelques années, les postes de salariés relatifs au développement durable se sont formalisés au sein des entreprises, autour du principe de CSR.

Un réseau d’entreprises championnes

Dans le cadre d’un développement inclusif, des lignes directrices, simples et flexibles, sont proposées aux entreprises et leur permettent d’aller au-delà de l’obligation légale. On peut citer les aides non-financières aux ONG et les actions bénévoles des employés auprès des communautés locales.

Business Mauritius a déjà constitué un réseau de 37 entreprises « championnes » qui adhèrent aux principes du développement inclusif. « Chacune le fait à son rythme, l’objectif étant de donner envie d’adopter les bonnes pratiques et de les partager », insiste Shanaya Canakiah, Inclusive Growth Coordinator à Business Mauritius. Un suivi est assuré auprès de ces entreprises, des rencontres et des débats sont organisées, et le réseau reste ouvert avec pour objectif d’attirer de plus en plus d’entreprises…

Il est intéressant de noter que dans ce réseau, le tiers des entreprises a mis en place un département dédié au développement durable et à l’inclusion sociale avec, en tête, les grands groupes diversifiés. On y retrouve aussi des banques, des cabinets d’architectes, des cabinets juridiques… Et lorsqu’il n’y a pas de poste dédié, ce sont les départements des ressources humaines qui se trouvent en première ligne.

« La crise covid a constitué un wake up call », explique Amandine Hardowar de Rosnay. L’heure du réveil a donc sonné pour un grand nombre d’entreprises mauriciennes qui se sont enfin rendu compte à quel point Maurice était vulnérable à la montée des eaux, aux inondations avec des risques physiques et des effets perturbateurs majeurs pour leur propre survie.

Cependant, malgré cette prise de conscience tardive et les actions qui s’ensuivent, la connexion entre ce qu’on veut faire et ce qui est en train de se passer n’est pas encore établie. Beaucoup d’initiatives ont été lancées, mais le cadre régulateur ne suit pas. Les déclarations d’intention de l’État, à travers le Budget notamment, ne sont pas encore suivies d’actions…