Eco Austral – Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Découvrez tous nos articles en illimité. Je m’abonne

Logo Eco Austral
n

Eco Austral - Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Afrique

Les voitures thermiques ont de l’avenir

Grâce au groupe réunionnais Caillé, qui représente plusieurs marques de Stellantis, en particulier Peugeot, Fiat et Opel, nous avons pu assister en visioconférence à l’intervention de Samir Cherfan, Chief Operating Officer de Stellantis pour le Moyen Orient et l’Afrique. Ce qui inclut La Réunion. Géographiquement parlant, c’est compréhensible, sauf que le marché de La Réunion n’a pas grand-chose à voir avec celui du Moyen Orient et de l’Afrique, ressemblant plutôt au marché français avec une forte demande pour des véhicules électriques. Le plus étonnant, c’est que les départements français des Antilles sont également sous la responsabilité de Samir Cherfan. Là, on sort de toute logique géographique. Sans doute que Stellantis ne savait pas où les ranger. Une preuve qu’un grand groupe a parfois du mal à appréhender un petit marché spécifique. Mais le grand groupe en question a d’autres chats à fouetter, il cartonne sur son marché du Moyen Orient et de l’Afrique où il est engagé dans de gros investissements, comme l’a expliqué Samir Cherfan. Avec des projets d’usines en Afrique du Sud, en Algérie, en Égypte, au Maroc et en Turquie. Des usines produisant des véhicules thermiques, bien sûr. Car si l’Union européenne ne veut plus que des véhicules électriques à partir de 2035, c’est un monde à part. Si l’on se penche sur l’Afrique, 600 millions de ses habitants n’ont pas accès à l’électricité. Alors, Mme Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, aura du mal à leur vendre des voitures électriques.