Eco Austral – Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Découvrez tous nos articles en illimité. Je m’abonne

Logo Eco Austral
n

Eco Austral - Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Maurice

NIRMALA JEETAH, DIRECTRICE « BIO INDUSTRY & PROJECT DEVELOPMENT » À L’ECONOMIC DEVELOPMENT BOARD : « La santé peut devenir un moteur de croissance économique »

Nirmala Jeetah, directrice du département « Bio Industry & Project Development » à l’Economic Development Board (EDB), nous présente le potentiel du secteur de la santé à Maurice. Dans une stratégie d’ensemble pour le développer, l’agence de promotion des investissements a un rôle fondamental à jouer.

L’Éco austral : Quelles sont les opportunités d’investissement dans le secteur de la santé à Maurice ?

Nirmala Jeetah  : Maurice dispose d’un système de santé bien développé avec 73 % des besoins de santé pris en charge par les institutions publiques et les 27 % autres par le secteur privé. Le secteur de la santé, qui contribue à 5,6 % de notre PIB, est appelé à se développer pour générer des emplois dans les services médicaux, la fabrication d’équipements médicaux et de produits pharmaceutiques tout en continuant à offrir des soins de qualité à la population. Surtout, c’est un pôle d’attraction pour attirer les investissements directs étrangers et offrir des opportunités de recherche, d’innovation et d’entrepreneuriat.

Le paysage mauricien des soins de santé a évolué ces deux dernières années avec de nouveaux services fournis aux patients locaux et étrangers et l’adoption de nouvelles technologies comme outils de prévention et de traitement. Le secteur est soutenu par un noyau d’activités à forte valeur ajoutée comme la médecine hi-tech, le tourisme médical, l’enseignement de la médecine et du bien-être.

En ligne avec le Plan stratégique 2020-2024 du ministère de la Santé et du Bien-être, des opportunités émergent comme les investissements dans les hôpitaux de soins quaternaires (oncologie, transplantation rénale, gériatrie, etc.), la médecine de précision (avec les tests génétiques) et les services liés au tourisme médical (dentisterie, dermatologie et cosmétologie).

Quels sont les dispositifs mis en place par l’EDB pour faire de Maurice un hub médical ?

Le secteur de la santé, qui comprend également la biotechnologie et la fabrication pharmaceutique, peut devenir un moteur de croissance économique. L’EDB a mis en place un département dédié qui supervise spécifiquement le développement de cette industrie, tant du point de vue de la facilitation des affaires que de la promotion des investissements. Nous travaillons activement avec les autorités compétentes, le ministère de la Santé et du Bien-être et le Pharmacy Board (organisme régulant la profession), pour améliorer le climat d’investissement sectoriel grâce à l’élaboration de directives et de processus appropriés pour faciliter la mise en œuvre de projets.

L’EDB œuvre aussi à promouvoir Maurice comme destination à fort potentiel en matière de soins de santé. Nous utilisons les médias traditionnels et numériques pour nous connecter avec nos marchés cibles et investisseurs potentiels ainsi que nos bureaux à l’étranger pour présenter les opportunités d’investissement dans ce secteur.

De plus, nous avons conseillé l’État sur un certain nombre de politiques susceptibles de permettre un développement accéléré de l’industrie à Maurice, en termes d’avantages fiscaux et non fiscaux qui pourraient être mis à la disposition des entreprises engagées dans ce secteur.

Comment faire pour que Maurice puisse échanger et partager sur ce sujet avec les autres îles, en particulier La Réunion ?

L’une des rares certitudes à avoir émergé de la pandémie de covid-19 est que l’innovation et la collaboration entre les États, les organisations internationales et les scientifiques sont essentielles pour surmonter la crise des soins de santé, aussi complexe soit-elle. Maurice et ses voisins ont tout à gagner en s’inspirant des meilleures pratiques internationales, en particulier de La Réunion dont les installations médicales sont considérées parmi les meilleures de l’océan Indien.

La Commission de l’océan Indien (COI) a mis en place un cadre qui facilite les échanges et discussions liés à la santé entre les pays membres. Il pourrait donc être judicieux d’améliorer le programme pour inclure un public plus large (des représentants d’universités, par exemple) et d’entreprendre un programme d’échange de personnel qui soutiendrait la formation et le développement d’experts médicaux travaillant dans les pays membres.