Eco Austral

Découvrez tous nos articles en illimité. Je m’abonne

Logo Eco Austral
n

Eco Austral

Madagascar

TANTELY RAKOTOMALALA, COFONDATRICE DE BECOM : « Pour réussir, pas besoin d’être un extra-terrestre »

À seulement 21 ans, Tantely Rakotomalala a fait ses premiers pas dans l’entrepreneuriat. À 24 ans, elle lance l’agence de communication Becom avec son conjoint. Dix ans après, le couple est à la tête de trois entreprises en pleine expansion.

Tantely Rakotomalala a co-fondé en 2013 l’agence de communication Becom qui accompagne aujourd’hui de grandes entreprises locales et des institutions internationales. En 2018, avec son mari Toky Rajaona, ils s’engagent dans une nouvelle aventure en créant Masterlife Company, devenue une référence dans le développement personnel en accompagnant des milliers de personnes. En pleine crise sanitaire de 2020, avec le chef cuisinier Randja Ranaivozanany, elle lance Foodmark, spécialisée dans le négoce agroalimentaire et la restauration collective. Une entreprise qui vient de franchir cette année la barre des 2 000 repas par jour.

Communication de crise

La jeune femme a commencé sa carrière professionnelle dans une agence de communication de renommée internationale. Quatre ans après, elle prend la direction du département communication d’une organisation œuvrant pour la gouvernance minière mondiale. En 2015, elle est nommée directrice de la communication auprès du Bureau du Premier ministre.

En 2016, une organisation internationale lui propose de gérer une communication de crise. « Il fallait intervenir afin d’empêcher une grève de se produire, c’était dans un contexte politique délicat et les conséquences de cette grève pouvaient être désastreuses. Nous avons accepté la mission et, avec beaucoup d’acharnement, nous l’avions réussie », raconte Tantely Rakotomalala. La jeune femme réalise alors que cette expérience peut changer complètement la trajectoire de Becom. La formation qu’elle décide de suivre à Johannesburg en décembre 2019 se révèle déterminante. Elle lui ouvre les yeux sur l’état d’esprit des grands entrepreneurs à succès et visionnaires.

Il ne faut pas croire que tout a été facile pour la jeune entrepreneure. Quand elle décide, avec son mari, de lancer leur première société, ils ne disposent que de quelques maigres économies. La petite entreprise n’a même pas les moyens de louer un bureau. Pendant près de six mois, la voiture familiale devient un bureau ambulant rempli de dossiers. « C’était une petite Citroën Saxo qui n’a pas voulu démarrer à la suite d’une visite chez un gros client », se souvient-elle en souriant.

« Nous tombions souvent amoureux de nos projets. En plus, nos clients et nos amis nous félicitaient. Mais nous nous sommes rendus compte par la suite que certains projets n’étaient pas rentables », expose-t-elle. Ce qui arrive avec le tout premier magazine que son équipe crée en 2013. « C’était un beau projet, sauf que le business model n’était pas bon du tout. »

Le réalisme viendra avec le temps. Tantely Rakotomalala considère que la vie d’entrepreneur est comme une montagne russe. « Si l’on veut jouer grand, il faut avoir les nerfs solides. » Elle admet avoir eu de la chance d’avoir un mari très attentif qui l’aide énormément à tenir le cap. Leurs entreprises ont souffert de la crise de la covid-19. Pour s’en sortir, ils ont misé sur la diversification avec Foodmark qui s’est ouvert un marché auprès des entreprises de la zone franche.

Le joker

La cofondatrice de Becom conçoit la vie comme un jeu de cartes où, durant la partie, on ne peut pas jouer en étant isolé. Chacun doit toujours apprendre à composer avec les autres. « Mais il faut toujours essayer nous-même d’être une bonne carte. Et l’on se doit d’être le joker quand il nous manque une carte. Néanmoins, j’ai la conviction que nous n’avons pas besoin d’être un extra-terrestre pour réussir, souligne-t-elle. J’ai arrêté de culpabiliser sur mes faiblesses et j’ai décidé de conjuguer au maximum mes qualités pour offrir ce que j’ai de mieux à offrir au monde. »

Le grand rêve de Tantely Rakotomalala est de construire un écosystème de business plus autonome, de créer des joint-ventures sur d’autres continents et d’investir dans des secteurs innovants. Mais elle aspire aussi à dégager suffisamment de temps pour vivre et voyager avec sa famille. « Car je me rends compte que nos années de vie filent en un rien de temps. »

Une réussite au pas de course : Entrée à l’Université à l’âge de 15 ans, premier emploi à 19 ans, maman à 20 ans, premiers pas dans l’entrepreneuriat à 21 ans, une deuxième entreprise à 25 ans… Tantely Rakotomalala a tout osé très tôt. Et pourtant, fille de fonctionnaires, élevée très loin du monde de l’entrepreneuriat, rien ne la prédestinait à devenir entrepreneure. Elle a aujourd’hui 34 ans, est mère de quatre enfants et développe trois entreprises qui contribuent à faire vivre une centaine de familles.