Eco Austral – Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Découvrez tous nos articles en illimité. Je m’abonne

Logo Eco Austral
n

Eco Austral - Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Renganaden Padayachy, le ministre des Finances de la République de Maurice
Maurice

Un budget 2024-25 social et environnemental

Sans surprise, le Budget de l’État 2024-25 a des allures clairement électoralistes, avec des élections législatives qui devraient avoir lieu avant la fin de l’année financière. De façon plus générale, le Budget fait la part belle au développement durable et au social. Le ministre des Finances, Renganaden Padayachy, l’a présenté hier à l’Assemblée nationale.

La première mesure qui est sur toutes les lèvres, au lendemain de la présentation du budget : l’augmentation par étapes de la pension de vieillesse universelle. Versée à tous ceux qui ont 60 ans, elle passe de 13 500 roupies (environ 275 euros) à 14 000 roupies (environ 286 euros), à partir du 1er juillet, puis à 15 000 (environ 306 euros) en janvier 2025. Avec une telle décision, c’est un parfum d’élections générales qui flotte dans l’air avec une échéance probable à la fin de 2024…

Une autre mesure phare qui, elle, devrait avoir un impact important sur les entreprises, c’est la révision du salaire minimum qui passe de 18 500 à 20 000 roupies (environ 408 euros). Toujours pour les entreprises, l’introduction d’une taxe de 2 % sur leur résultat financier, baptisée Corporate Climate Responsibility Levy, les met à contribution. Mais le ministre des Finances a décidé d’alléger quelque peu le fardeau des entreprises, en ce qui concerne le recrutement, en supprimant les quotas pour l’embauche de travailleurs étrangers, dans la plupart des secteurs de l’économie.

Ainsi, les sociétés ayant un chiffre d’affaires supérieur à 50 millions de roupies (environ 1,02 million d’euros) devront verser 2 % de leur résultat avant impôt afin d’investir dans la protection des écosystèmes et combattre les effets du changement climatique. Un milliard de roupies (soit environ 20,4 millions d’euros) ira à la construction de drains pour l’évacuation des eaux, afin d’éviter les inondations lors des fortes pluies. Un programme de reforestation national est prévu et les lotissements résidentiels de grande taille seront tenus de réserver 4 % de leur superficie à cet effet. Renganaden Padayachy annonce ainsi un budget de 3 milliards de roupies (environ 61,2 millions d’euros) pour atténuer les effets du changement climatique.

Avec une révision à la hausse du salaire minimum et le renforcement de toute une batterie d’allocations familiales et d’aide aux ménages, le Budget a aussi un aspect résolument social. Par exemple, le prix de la bouteille de gaz ménager passe de 240 à 190 roupies (environ 3,9 euros). Une subvention complète aux frais d’examens sera accordée aux collégiens qui se présentent aux examens pour la seconde fois. Une allocation de 2 000 roupies (40,8 euros) sera accordée aux enfants de 3 à 10 ans à partir de juillet. Un forfait internet gratuit sera introduit, destiné aux jeunes de 18 à 25 ans. La durée des congés de maternité et de paternité est étendue, respectivement à 16 semaines et 4 semaines. Une allocation sera versée aux femmes enceintes pendant leur grossesse, entre autres mesures phares de soutien aux familles. Une mesure qui prend en compte le faible taux de natalité qui est désormais loin de permettre le renouvellement de la population qui diminue et vieillit.

D’autre part, il convient de mentionner l’objectif de 100 milliards de roupies (environ 2,04 milliards d’euros) à atteindre en ce qui concerne les recettes touristiques en 2024 et de 150 milliards (3,06 milliards d’euros) dans l’exportation de biens, par an. Par ailleurs, le budget prévoit une enveloppe de plus de 17 milliards de roupies (environ 347 millions d’euros) pour le secteur de la santé et notamment pour sa modernisation.

En ce qui concerne les statistiques de l’économie, le taux de croissance est évalué à 7%, avec des investissements directs étrangers qui se situent à 37 milliards de roupies (environ 700 millions d’euros), un taux d’inflation à 7% et un taux de chômage qui est de 6,1%. La dette publique passe elle de 524 à 574 milliards (un peu plus de 10 milliards d’euros) tandis que les recettes de la TVA se montent à 65 milliards pour l’année financière (1,3 milliards d’euros environ).