Eco Austral

Découvrez tous nos articles en illimité. Je m’abonne

Logo Eco Austral
n

Eco Austral

Maurice

Une enquête qui confirme la reprise

Menée par DCDM Research auprès de 504 entreprises entre mars et juillet 2023, cette en-quête est le fruit d’une collaboration stratégique entre Business Mauritius (l’organisation du secteur privé) et Statistics Mauritius (l’institut public des statistiques), avec le soutien technique et financier du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). Les 504 entreprises étaient représentatives des secteurs de l’économie mauricienne : 4 % pour le secteur primaire, 22 % pour le secteur secondaire et 74 % pour le secteur tertiaire. Concernant la taille des entreprises, les micro-entreprises représentaient 44 % des répondants, suivies par les PME (*) à hauteur de 22 %, les entreprises de taille intermédiaire à 14 %, et les grandes entreprises totalisant 20 %.

L’étude montre une reprise significative : seulement 15 % des entreprises ont enregistré une baisse des ventes en 2022, marquant une nette amélioration par rapport aux 69 % de 2020. De plus, 83 % des entreprises prévoient une augmentation ou une stabilité des ventes en 2023.

En matière d’investissement, 45 % des entreprises ont augmenté leur capital en 2022 par rapport à l’année précédente, et 76 % d’entre elles prévoient de maintenir ou d’augmenter leurs dépenses en 2023. En ce qui concerne les ressources humaines, 20 % emploient des travailleurs étrangers et 22 % ont des employés en situation de handicap. De plus, 70 % des entreprises ont réussi à maintenir leur effectif en 2022, et 47 % anticipent une augmentation du personnel pour l’année à venir.

Les principaux défis auxquels font face les entreprises en 2023 sont la difficulté de recruter du personnel local (64 %), les problèmes de liquidités (37 %) et les fluctuations des taux de change impactant les prix à l’importation (33 %).

(*) À Maurice, une PME est une entreprise qui ne dépasse pas 50 millions de roupies (un peu plus d’un million d’euros) de chiffres d’affaires. Dans l’Union européenne, c’est 50 millions d’euros.