Eco Austral – Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Découvrez tous nos articles en illimité. Je m’abonne

Logo Eco Austral
n

Eco Austral - Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Réunion

VALÉRIE ET THIERRY GOURREAU : Le succès de Mamzelle Pizza

Partis d’un petit point de vente à Bras de Pontho, au Tampon, en 2007, Valérie et Thierry Gourreau sont aujourd’hui à la tête d’un groupe qui réalise trois millions d’euros de chiffre d’affaires. Quand la pizza réunionnaise nourrit son homme…

Mamzelle Pizza, c’est aujourd’hui sept points de vente, cinq restaurants et deux espaces à emporter, une école de formation, une activité de vente de matériel spécialisé et une trentaine de salariés. Une aventure entrepreneuriale qui n’a pas commencé dans un garage, mais presque. En 2007, Valérie Gourreau se lance dans 45 mètres carrés à Bras de Pontho, au Tampon. Il va falloir beaucoup de temps, d’investissement et d’abnégation pour que la société qui se décline aujourd’hui sous forme de franchises en arrive à ce stade. Comme le résume Thierry Gourreau, aujourd’hui à la tête du groupe avec son épouse : « On voulait quelque chose qui dure dans le temps. Notre histoire inspire, mais il ne faut pas penser que c’est facile. Il y a eu des sacrifices, des mois sans salaire. »

Marque 100 % réunionnaise

Tout commence avec l’installation du jeune couple dionysien au Tampon, Thierry ayant été nommé chef d’agence du Sud d’une entreprise de BTP. La jeune maman cherche une activité à exercer en soirée afin de gérer la garde d’enfants. Ce sera la pizza pour cette secrétaire administrative de formation.
Elle se forme chez un membre de sa famille, lui-même pizzaïolo à La Montagne, à Saint-Denis. Elle ouvre sa petite affaire avec 12 000 euros empruntés auprès des proches car aucune banque ne veut la suivre. Elle sera rejointe officiellement par son mari en 2014, avec l’ouverture d’un second point de vente à Saint-Pierre, transformé en restaurant deux ans plus tard. Thierry, qui s’est pris de passion pour la pizza, peut enfin lâcher son métier pour se consacrer pleinement à cette aventure. En même temps qu’ils découvrent un « monde très technique, inconnu à La Réunion », ils expérimentent celui des concours en participant au Championnat de France de la pizza en 2011, à Saumur. « Pour nous c’était un peu comme Disneyland. Les meilleurs pizzaioli de France étaient là dans une ambiance indescriptible de fête et d’émulation. » 

Développer la franchise

Au fil des ans, le couple avec sa marque 100 % réunionnaise décrochera des titres prestigieux, de champion de France, mais aussi de champion du monde à Melbourne et de vice-champion du monde à Parme. En 2016, ils franchissent un cap et ouvrent un restaurant à Trois-Mares, toujours au Tampon. Ils sont rejoints par le chef italo-réunionnais Alessandro Lampis, faisant le pari de « la pizza gastronomique contemporaine métissée ».
L’école de formation se développe, la vente de matériel spécialisé aussi. Alessandro, qui entre-temps a quitté le Choka Bleu où il était chef, s’installe avec le couple, à ses côtés, à La Saline. « On a ouvert le 28 janvier 2021 et en mars on était confinés. Année très compliquée, mais on est encore là car on s’est battu, on n’a jamais été passifs. » Entre-temps, un autre restaurant avait ouvert à Saint-Louis en début d’année dernière. « Maintenant il faut se concentrer sur l’animation du réseau. On a eu un fort développement et il faut qu’on se structure pour développer la franchise. Nous allons ouvrir à Saint-Denis au premier semestre, nous avons aussi un projet bien engagé à La Possession et un franchisé devrait démarrer à L’Étang-Salé les hauts. » Des propositions à l’international sont également à l’ordre du jour : « Mais on ne peut pas être partout, il faut qu’on se fasse accompagner », souligne Thierry Gourreau.
Il a tout de même trouvé le temps de participer, le 17 janvier, à une master class organisée en ligne par l’Association de la vraie pizza napolitaine de Parme, inscrite au patrimoine mondial de l’humanité : « Sur la vingtaine de pizzaioli sélectionnés à travers le monde, il y en a eu un à La Réunion ! On arrive à faire rayonner La Réunion et c’est une vraie fierté. »