Eco Austral – Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Découvrez tous nos articles en illimité. Je m’abonne

Logo Eco Austral
n

Eco Austral - Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Réunion

Yves Capon, directeur de l’agence Réunion de Biotope : « La NRL est un formidable laboratoire environnemental »

Biotope est un bureau d’étude en environnement, leader français et européen dans le secteur de l’ingénierie écologique : « Pour la NRL, nous travaillons avec la cellule environnement de la région, avec qui nous sommes tous les jours en contact », souligne son responsable

Biotope intervient depuis 2012 sur le chantier de la NRL. L’année où Yves Capon (qui possède un master 2 d’ingénieur environnement et 15 ans d’expérience chez Biotope) est arrivé sur ce qui demeure l’un des plus gros chantiers jamais confié à Biotope. Le bureau d’étude possède des compétences très pointues dans différents domaines de la biodiversité, qu’elle soit terrestre, marine ou liée à l’eau douce, mais a aussi des généralistes de l’environnement, pour ne pas perdre la vision globale : « Sur la NRL, nous travaillons également en étroite collaboration avec Artelia (spécialiste de l’hydraulique), Globice, Kelonia, l’Office National des Forêts (ONF), la Société d’études ornithologiques de la Réunion (Seor), etc. »
Biotope est intervenu dans la rédaction du programme des mesures d’évitement, réduction et compensation, après avoir établi en 2012 un état initial : « Par exemple, on a intégré plus d’un an d’écoutes des mammifères marins (par hydrophones) au dossier pour le permis environnemental. Pour ne pas minimiser certains risques, on a volontairement mis la barre assez haut en termes de dispositions environnementales. » 
Biotope est maintenant en charge de la coordination des mesures environnementales et procède à ses propres vérifications du chantier, qui complètent les contrôles des entreprises, de la région Réunion et de la Direction de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Deal) : « Tous les six mois, nous effectuons un bilan environnemental couvrant toutes les thématiques environnementales liées aux chantiers. »

« Une île avec beaucoup d’endémisme »

Par exemple, l’éclairage de la barge Zourite a été modifié pour ne pas désorienter les oiseaux marins, tout en garantissant la sécurité des travailleurs. Par ailleurs, entre décembre et avril, le chantier doit composer avec 50 nuits d’interdiction totale d’éclairage, car c’est la période délicate où les petits s’élancent pour la première fois hors du nid.
« C’est important, on est sur une île avec beaucoup d’endémisme. Le respect de l’environnement est une préoccupation récente pour certaines entreprises (encore que depuis le Grenelle de l’Environnement, les choses aient bien changé); mais chez Biotope, c’est notre marque de fabrique depuis 25 ans. »
Non seulement le chantier de la NRL tient compte de l’environnement au quotidien sur le chantier mais, à la fin des travaux, la situation sera améliorée sur plusieurs points : « L’actuelle route du littoral n’est pas équipée d’un système de récupération et traitement des eaux de ruissellement et toute la pollution automobile (huile, carburant) va à la mer, alors que la NRL sera équipée de dispositifs pour récupérer et gérer les eaux. » Biotope a rédigé, enfin, un bilan complet de la situation environnementale sur les quatre premières années de travaux : « Celui-ci a montré que l’impact constaté sur la période 2014-2017 était en dessous des prévisions d’impact évaluées dans les études. Il y avait certaines incertitudes au départ, mais peu à peu, on capitalise des données et les seuils sont affinés : la NRL est un formidable laboratoire environnemental ! »

Biotope Réunion
Biotope est une entreprise dont le capital est détenu à 100 % par ses salariés (au nombre de 250 au niveau national) et qui est implantée un peu partout en France métropolitaine et outre-mer (Guyane, Martinique et depuis 2003 à La Réunion), mais aussi Madagascar, Chine, Belgique, Guinée, Gabon… Les bureaux de son agence océan Indien sont situés à Saint-André car son premier contrat local concernait la coordination environnementale des travaux du chantier de basculement de l’eau à Salazie.