Happy Few

Maurice

Patrick Marvos ouvre un nouvel espace

1 oct 2018 | PAR La rédaction | N°333
Le bâtiment a été aménagé dans d’anciens locaux qui jouxtent l’usine cannière. Ca sent bon la vieille pierre et la patine des années, sauf que le bijoutier a modernisé le site en agençant l’espace pour permettre une découverte du travail des artisans qui s’affairent à l’arrière du show-room, dont ils ne sont séparés que par de grandes baies vitrées. DR

C’est Forbes Marvos, fils du bijoutier zimbabwéen Patrick Marvos, qui vient d’ouvrir un magnifique espace, à la fois show-room et atelier, sur près de 500 mètres carrés. Sis dans l’enceinte du musée de l’Aventure du Sucre, à Beau Plan, le bâtiment a été aménagé dans d’anciens locaux qui jouxtent l’usine cannière. Ca sent bon la vieille pierre et la patine des années, sauf que le bijoutier a modernisé le site en agençant l’espace pour permettre une découverte du travail des artisans qui s’affairent à l’arrière du showroom, dont ils ne sont séparés que par de grandes baies vitrées. « Nous sommes établis à Maurice depuis 12 ans. Nous avons conservé l’atelier de Terre Rouge de nos débuts et l’ouverture de ce nouvel espace a permis de créer 20 emplois supplémentaires, ce qui porte le total à 50 personnes sur les deux sites. »
À propos de la Mauritian Wildlife Jewellery Collection, une jolie collection de pendentifs pour soutenir la faune mauricienne, que le bijoutier avait lancée (lire l’Eco austral 307 d’avril 2016), il est indiqué qu’à ce jour l’intégralité des recettes, soit 10 000 euros, a été reversée à la Mauritian Wildlife Foundation.

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Maurice

Patrick Marvos ouvre un nouvel espace

C’est Forbes Marvos, fils du bijoutier zimbabwéen Patrick Marvos, qui vient d’ouvrir un magnifique espace, à la fois show-room et atelier, sur près de 500 mètres carrés. Sis dans l’enceinte du musée de l’Aventure du Sucre, à Beau Plan, le bâtiment a été aménagé dans d’anciens locaux qui jouxtent l’usine cannière. Ca sent bon la vieille pierre et la patine des années, sauf...