Eco Austral – Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Découvrez tous nos articles en illimité. Je m’abonne

Logo Eco Austral
n

Eco Austral - Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Réunion

Capital investissement : le Crédit Agricole s’engage

Les caisses du Crédit Agricole Réunion-Mayotte et Martinique-Guyane, associées à Elevation Capital Partners, mettent 20 millions d’euros sur la table pour renforcer le capital d’entreprises en développement.

Deux caisses du Crédit Agricole, très éloignées géographiquement mais non sans points communs, ont décidé de se rapprocher pour proposer aux entreprises de leurs territoires respectifs un nouvel outil de capital risque. Baptisé Caomie (Crédit Agricole Outre-mer Investissement Elevation), ce Fonds professionnel de capital investissement regroupe les caisses de La Réunion-Mayotte et de Martinique-Guyane ainsi que la société de gestion de fonds Elevation Capital Partners, filiale d’Inter Invest. Chaque banque apporte 9 millions d’euros, Elevation Capital Partners 2 millions.

Au cours des deux prochaines années, ces 20 millions d’euros seront injectés dans le capital d’entreprises des quatre départements d’Outre-mer, principalement sous forme d’obligations convertibles remboursables. Les critères d’intervention ont été présentés le 24 janvier par les partenaires de l’opération, au siège dionysien du Crédit Agricole. Les tickets iront de 300 000 à 2 millions d’euros, entre 15 et 20 dossiers seront soutenus. 10 % à 20 % du fonds seront dédiés à de l’amorçage, pour aider des sociétés qui ont trouvé leur business model à accélérer. 20 % à 30 % accompagneront des opérations de reprise d’entreprise et la majorité de l’enveloppe sera investie dans des entreprises prometteuses mais qui manquent de fonds propres. Les critères ESG (Environnementaux, sociaux et de bonne gouvernance) seront systématiquement pris en compte, en même temps que les perspectives de croissance, annoncent les souscripteurs. Seuls les marchands de bien et le secteur de la promotion immobilière seront exclus du périmètre d’intervention du fonds.

Ultime précision, qui va presque sans dire : les entreprises déjà clientes du Crédit Agricole seront prioritaires quand le comité de pilotage de Caomie aura à sélectionner les dossiers de prise de participation.

« Dans un contexte de réduction de l’offre de crédit, nous devons multiplier les techniques d’intervention pour soutenir les entreprises », souligne Didier Grand, directeur général du Crédit Agricole Réunion-Mayotte.

La nouvelle financière régionale opérationnelle en juin : Le Fonds européen d’investissement devait engager en ce mois de février 2024 les discussions avec les banques de la place candidates à la gestion de l’instrument de prêt financé par le Fonds européen de développement régional (Feder) et destiné aux TPE et PME qui n’ont pas accès au crédit bancaire classique. L’instrument précédent était géré par la BFC. Sa nouvelle version devrait être opérationnelle en juin.
Il faudra attendre quelques mois supplémentaires pour voir le lancement de l’instrument de co-investissement constituant l’autre volet du Fonds d’aide à l’investissement régional pour les entreprises (Faire), qui succède à la Financière Région Réunion. Comme le fonds Caomie, cet outil, qui sera géré par un spécialiste du capital-risque qu’il reste à choisir, a vocation à apporter du capital aux entreprises innovantes ou en développement. Dans sa version précédente, géré par Apicap, il avait permis d’injecter 6 millions d’euros dans 9 entreprises.

Objectif Mayotte : Depuis juin dernier, la caisse indianocéanienne de la « banque verte » s’appelle officiellement Crédit Agricole La Réunion-Mayotte. En mettant symboliquement les deux départements français de l’océan Indien sur un pied d’égalité, même s’il compte 30 fois plus de collaborateurs dans le premier que dans le second, le leader du marché réunionnais dévoile son ambition. Il veut accélérer son développement à Mayotte jusqu’à disputer la première place à la BFC, la banque historique du territoire. La presse mahoraise était ainsi conviée, en visioconférence, à la présentation du fonds Caomie aux journalistes réunionnais, le 24 janvier dernier.