Eco Austral – Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Découvrez tous nos articles en illimité. Je m’abonne

Logo Eco Austral
n

Eco Austral - Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Coopération avec le Mozambique : la politique des petits pas
Réunion

Coopération avec le Mozambique : la politique des petits pas

« En étant présents à la fois sur les terrains diplomatique, sportif et culturel, on crée un rapport de confiance avec nos partenaires, qui peut faciliter la concrétisation d’opportunités économiques », déclarait l’an passé à L’Éco austral (n°381) Pascal Plante, conseiller régional en charge de l’accompagnement des entreprises réunionnaises à l’international. La signature de l’accord-cadre de coopération décentralisée entre la ville de Quelimane (Mozambique), la ville de Saint-Paul et le Conseil régional, le 5 avril, illustre cette stratégie. Des ponts avaient déjà été jetés entre La Réunion et le Mozambique sous la première mandature de Paul Vergès. Huguette Bello poursuit cette politique des « petits pas » en direction de voisins autrefois ignorés. Le Mozambique, d’où sont venus ou par lequel ont transité contre leur gré les ancêtres de nombreux Réunionnais aux temps de l’esclavage, ne conserve que des liens ténus avec le département français. Aucune liaison aérienne ou maritime directe ne relie l’ancienne colonie portugaise à La Réunion. Quelques rares entreprises réunionnaises s’y sont implantées (Aquapesca du groupe Océinde dans l’aquaculture de crevettes, Fibres dans l’exploitation forestière) ou ont décroché des marchés ponctuels (Forintech, Seanergy,…).

Des initiatives culturelles viennent épisodiquement rappeler aux Réunionnais le devoir de mémoire vis-à-vis du Mozambique, mais sur le plan du rapprochement économique, tout ou presque reste à faire. L’implication de Total dans les vastes programmes d’exploitation des ressources gazières mozambicaines avait fait naître quelques espoirs de retombées, à La Réunion comme à Mayotte. Les difficultés de Mayotte (pénurie d’eau potable, insécurité) ont tué momentanément les rêves de faire de l’île au lagon la base arrière des troupes de Total dans le nord du Mozambique. Quant aux entreprises réunionnaises, elles cherchent encore les clés qui leur permettraient de récolter quelques miettes du festin gazier. Il leur reste encore à faire de nombreux petits pas pour s’en rapprocher.

Add Comment