Eco Austral – Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Découvrez tous nos articles en illimité. Je m’abonne

Logo Eco Austral
n

Eco Austral - Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Réunion

Éolien en mer : c’est l’État qui décidera

Akuo et BlueFloat sont venus présenter le 8 février à La Réunion un projet géant de parc éolien en offshore flottant séduisant sur le papier. Une douzaine d’éoliennes de grand gabarit, arrimées à quelques kilomètres des côtes de Sainte-Marie et Sainte-Suzanne, pourraient fournir jusqu’à un quart de l’électricité consommée sur l’île. La force et la régularité des alizés contribueraient à faire baisser le coût de revient de la production électrique, au bas mot le triple de la moyenne nationale actuellement. Le montant de l’investissement (entre 700 et 800 millions d’euros) n’effraye pas les deux groupes, sûrs de leur capacité à convaincre les investisseurs.

Mais le chemin qu’il reste à parcourir pour faire aboutir le projet est encore long. La Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) de La Réunion ne prévoit pas une place aussi grande (200 mégawatts) accordée à l’éolien : le document devra être révisé, ce qui prend du temps. Le réseau EDF devra également être reconfiguré pour accueillir une telle puissance produite au nord-est de l’île. La Commission de régulation de l’énergie (CRE) devra fixer un tarif de rachat de l’électricité garantissant la rentabilité à long terme de l’investissement. Paris ne semble pas enclin à accepter une procédure de gré à gré qui permettrait à Akuo et BlueFloat d’aller plus vite, le lancement d’un appel d’offres se profile à l’horizon. En résumé, c’est l’État, seul, qui décidera si le mix électrique réunionnais de demain comportera une part d’éolien offshore.