Eco Austral – Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Découvrez tous nos articles en illimité. Je m’abonne

Logo Eco Austral
n

Eco Austral - Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Maurice/Réunion

JEAN-FRANÇOIS BIDARD, CHEF DE PRODUIT BMW ET MINI : « La révolution de l’électrique est en marche »

En tournée dans l’océan Indien, Jean-François Bidard, chef de produit BMW et MINI des régions Afrique, Caraïbes et Europe de l’Est, et Éric Leal, CEO du groupe éponyme qui exploite la carte BMW à Maurice et à La Réunion, expliquent comment l’offre évolue avec la transition énergétique.

L’Éco austral : Vous êtes en tournée dans notre région pour rencontrer vos concessionnaires de La Réunion et de Maurice qui font partie tous les deux du groupe Leal. À Maurice, vous avez lancé la BMW i7, une berline électrique qui n’est pas encore disponible à La Réunion. Pourquoi ?
Jean-François Bidard
 : Les mix produits sont très différents entre les deux îles. À Maurice, il y a une demande plus forte pour des berlines comme les séries 3, 5 ou 7. Et concernant l’électrique, les mentalités ont évolué. D’où le choix d’importer la i7 pour trois raisons. La première est que l’on compte une majorité d’habitations individuelles, cela permet l’installation de bornes de recharge à domicile. Deuxième raison : le kilométrage moyen parcouru n’est que de 65 km, soit très largement sous l’autonomie optimale des véhicules électriques. La crainte de tomber en panne disparaît. Troisième raison : l’État mauricien a supprimé les taxes sur ces modèles, ce qui les rend plus accessibles. Pour autant, le coût d’un modèle électrique reste toujours supérieur à un modèle « classique ».

La stratégie power of choice du groupe BMW est de proposer pour nos modèles au moins une version électrique, un modèle mild-hybride (véhicule ayant un soutien électrique au moteur thermique mais qui ne se recharge pas) et un modèle thermique en essence et en diesel. Dans le cas de la série 7, tous les modèles thermiques essence ou diesel sont mild-hydrides avec système 48 volts. Cela nous permet de cibler et d’accompagner une nouvelle clientèle vers la mobilité électrique.

Pour des raisons culturelles, historiques, mais surtout économiques, on est plus à La Réunion sur des SUV. Ce marché est plus sensible aux questions de prix et de « malus ». Dès lors on y vend majoritairement des véhicules de gamme intermédiaire et compacte comme les séries X1.

Les marchés des deux îles sont donc différents ?

Jean-François Bidard : Effectivement. Et cette différence se retrouve aussi dans le choix des couleurs de véhicules. À Maurice, c’est plus du bleu, du rouge, de l’orange, voire du vert, alors qu’à La Réunion, on reste plus classique avec du blanc ou du noir… Autre différence entre les deux îles sur l’électrique : alors qu’à La Réunion, on recherche plus un prix d’appel, à Maurice, le client vise un modèle avec le plus de puissance.

Quel est le prix de la i7 ?

Éric Leal : Le modèle est proposé à 9 millions de roupies prix catalogue (environ 190 000 euros – NDLR).

On s’aperçoit que les ventes sur vos deux marchés, qui ont été impactées par la covid, tendent à revenir à la normale ?
Éric Leal  : Effectivement, la baisse du pouvoir d’achat couplée à la perturbation de la chaîne d’approvisionnement nous a impactés. La même compagnie maritime assure le transport sur les deux îles, mais le bateau vient à La Réunion deux fois par mois contre une fois à Maurice. Et avec la reprise, on s’aperçoit qu’on n’a pas de stock. La demande est là, mais pas la livraison ! Il y a donc une liste d’attente.

Jean-François Bidard  : En outre, il y a l’impact de la guerre en Ukraine sur la production de véhicules électriques. Mais je voudrais souligner qu’à La Réunion, alors que le marché premium a reculé de 16 %, il n’a baissé « que » de -10 % pour le groupe Leal. Il reste leader sur ce marché. Et la reprise devrait confirmer cette position.

Cette relative bonne performance dans un contexte compliqué s’explique par un meilleur approvisionnement dans nos usines et une livraison plus optimisée. Leal est, de fait, l’un de nos meilleurs importateurs. Il partage notre vision sur la durabilité et la transition électrique en se donnant les moyens avec ses infrastructures sur site comme ces panneaux solaires sur la toiture de son siège et sa présence dans différentes organisations liées à la question énergétique et pas seulement automobile…

Vous êtes aussi en charge des marchés africains. Quelle analyse en faites-vous ?

Jean-François Bidard  : Je suis plus précisément en charge des marchés importateurs de toute l’Afrique qui n’ont pas de filiale locale. Ils achètent nos produits à notre usine de Munich et les revendent directement à leurs clients. C’est le cas aussi pour La Réunion où Leal s’approvisionne directement en Allemagne sans passer par BMW France.

Il est difficile de comparer les marchés africains tant les situations socio-politiques mais aussi les législations concernant la transition électrique peuvent être différentes.

Par exemple, l’Algérie vient d’annoncer que dorénavant 15 % des véhicules importés devaient être tout électriques ou hybrides. À noter qu’en Europe, il a été décidé de passer au tout électrique en 2035.

L’électrique émerge plus timidement à Maurice : À La Réunion, les ventes de véhicules électriques, toutes marques confondues, n’ont plus rien de marginales. Sur les dix premiers mois de 2022, elles représentaient 11 % des immatriculations avec 2 298 véhicules. À Maurice, il est difficile de trouver des chiffres faisant la distinction entre thermiques, hybrides et électriques, mais, selon nos informations, on serait à 700 véhicules électriques immatriculés en 2022. Reste à voir si l’écart est le même sur le segment premium, qui est très particulier et se révèle plus en pointe sur l’électrique, comme le montrent les chiffres de La Réunion.

La batterie haute tension de la BMW i7 xDrive60 affiche une capacité brute de 105,7 kWh pour une autonomie en cycle mixte de 590/625 km (données constructeur). ©BMW

Leal Energie, distributeur des bornes de recharge Wellborne : En lien avec sa stratégie d’assurer une autonomie optimale des véhicules électriques et donc de rassurer les possesseurs de telles voitures, Leal Energie (LE), filiale du groupe éponyme spécialisée dans la commercialisation et l’installation de solutions pour la production d’énergies renouvelables, est depuis mi-2022 le distributeur officiel des bornes de recharge Wellborne pour véhicules électriques dans l’océan Indien.
À ce jour, Leal Energie a installé plus de 150 bornes à Maurice. Quant à Wellborne, c’est un fabricant, distributeur et concepteur français de bornes et stations de chargement pour tous les véhicules électriques et hybrides rechargeables du marché. Ayant plus de 60 ans d’expérience sur le marché automobile français et sur les nouvelles technologies électriques et électroniques en Asie, il a déjà fabriqué plus de 100 000 bornes.