Eco Austral – Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Découvrez tous nos articles en illimité. Je m’abonne

Logo Eco Austral
n

Eco Austral - Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Graphique climat des affaires
Réunion

Le climat des affaires se dégrade

Les chefs d’entreprises réunionnais interrogés par l’Institut d’émission des départements d’outre-mer se disent pessimistes au sujet de l’évolution de leurs affaires au 2ème trimestre 2024.

L’indicateur du climat des affaires mesuré par l’ l’Institut d’émission des départements d’outre-mer (Iédom) à la fin du 1er trimestre 2024 tombe sous le niveau 100, sa moyenne de longue période, à 99,6. Il faut remonter à 2020, l’année du Covid, pour trouver des niveaux inférieurs.

Les chefs d’entreprises réunionnais interrogés anticipent la plus forte dégradation de leur activité depuis dix ans (hors 1er trimestre de la crise Covid). Ils prévoient également une baisse de leurs effectifs pour la première fois depuis trois ans, sans amélioration significative des soldes de gestion.

Les réponses des professionnels au sujet de l’activité du 1er trimestre sont toutefois légèrement mieux orientées qu’en fin d’année dernière. L’activité s’est détériorée moins fortement que d’octobre à décembre 2023, le niveau des effectifs déclarés s’est amélioré et les soldes de gestion (à l’exception des délais de paiement) sont moins négatifs.

Industrie : carnets de commandes moins remplis

Parmi les autres tendances conjoncturelles analysées, l’Institut d’émission ne voit pas d’amélioration en vue sur le marché du travail, après l’augmentation de 2,1% du nombre d’inscrits à France Travail au 1er trimestre. Les établissements de La Réunion prévoient une baisse de 6,3% des besoins en recrutement cette année par rapport à 2023, selon l’enquête de France Travail sur les besoins de main d’œuvre.

Dans le même temps, la vulnérabilité des ménages augmente. Le nombre de personnes en difficulté financière déposant un dossier auprès de la commission de surendettement de l’Iédom a progressé de 12,9% au cours des trois premiers mois de l’année. Les chefs d’entreprise du secteur du commerce signalent d’ailleurs une dégradation de leur activité sur la période, bien qu’elle soit moins forte qu’au trimestre précédent.

Dans le secteur industriel, le solde d’opinion sur l’activité redevient positif. Les trois soldes de gestion (délais de paiement, charges d’exploitation et trésorerie) restent cependant négatifs, suggérant que la situation financière des établissements du secteur continue de se dégrader, estime l’Iédom. Le solde des stocks de produits finis atteint son plus haut niveau depuis le 2ème trimestre 2020, en lien avec le ralentissement de la consommation. Les chefs d’entreprise du secteur anticipent un recul de l’activité pour le 2ème trimestre, leurs carnets de commandes évoluant toujours négativement.