Eco Austral

Découvrez tous nos articles en illimité. Je m’abonne

Logo Eco Austral
n

Eco Austral

Réunion

Le Club Export en prospection à Tamatave

Le Club Export Réunion a amené une délégation de chefs d’entreprise à Tamatave, du 27 septembre au 3 octobre. Cette mission économique a séduit les entrepreneurs bien décidés à trouver des relais de croissance dans la Grande Île.

Chaque année depuis 25 ans, le Club Export Réunion, membre de la Team France Export, se rend à Tananarive. Mais c’est la première fois que l’association conduit une délégation de 18 entreprises de tous secteurs à Toamasina (Tamatave). Choix stratégique car cette ville de la côte est abrite le premier port de Madagascar et la deuxième ville économique du pays, à seulement deux heures d’avion de La Réunion. Les secteurs porteurs sont nombreux, allant de l’agriculture à la pêche, en passant par l’industrie, l’économie circulaire et les services.

Lors de son déplacement, la délégation a rencontré les autorités locales et les acteurs économiques. « Nous avons des entreprises qui peuvent répondre à certains besoins et ainsi dynamiser la coopération régionale », explique Laurent Lemaître, président du Club Export Réunion. De leur côté, les sociétés malgaches rencontrent parfois des difficultés pour concrétiser des collaborations. Pour les entreprises réunionnaises, dont certaines ont déjà des activités à Madagascar, voire même à Tamatave, ces rencontres d’affaires permettent de s’informer sur les besoins des donneurs d’ordre et rencontrer des dirigeants intéressés par des partenariats. Ces échanges ont pu se mettre en place grâce à des rendez-vous B2B, l’organisation d’ateliers thématiques avec, entre autres, l’accompagnement à la création d’activité et le financement à Madagascar. Sans oublier des visites d’entreprises et de sites, dont les installations portuaires en pleine extension et la compagnie minière Ambatovy, l’une des plus grandes mines de nickel latéritique au monde.

Les chefs d’entreprise de la délégation ont échangé en direct avec des prospects et potentiels partenaires dans le cadre du Forum de rencontres d’affaires Réunion-Tamatave. ©Droits réservés

Contacts « positifs » et projets à concrétiser

Agroalimentaire, construction, process industriel, numérique, services aux entreprises… « Les occasions d’affaires sont là ; maintenant il faut approfondir les contacts afin de les concrétiser », explique Yannick Sero, de la société Exodata. L’expert en cybersécurité est présent aux Antilles et dans l’océan Indien, mais pas (encore) à Madagascar. Comme lui, bon nombre d’entrepreneurs de la délégation souhaitent tisser des liens durables avec la compagnie minière Ambatovy. À l’image de Jean-François Ananelivoua, habitué des voyages du Club Export et « jamais déçu » de ces déplacements. Son entreprise Easy connect (câblage informatique) est implantée depuis plusieurs années à Tananarive. La suite se trouve peut-être à Tamatave… Selon lui, le fait d’être français est un sérieux atout pour les affaires dans la Grande Île.

« Nous avons un regard neuf, des compétences spécifiques et complémentaires à apporter », souligne Baptiste Pigeon, directeur d’activité de l’entreprise Emir, spécialisée dans la maintenance industrielle et pétrolière. Il est satisfait d’avoir pu renouer avec un client après les années covid, le distributeur d’hydrocarbures Galana, qu’il reverra en fin d’année.

Satisfecit également du côté de Kelly Giroud, dirigeante de Start12, venue chercher un partenaire local pour développer son activité de services aux TPE-PME (secrétariat externalisé et gestion administrative) à La Réunion, et peut-être bientôt à Madagascar. Elle est parvenue à identifier un acteur local avec lequel elle souhaite engager une collaboration.

Côté agroalimentaire, Jacob Cally (Les surgelés de l’océan), distributeur indépendant de poissons à La Réunion, et Cédric Dijoux (SAS C2RT) souhaiteraient importer des produits de la mer, dans le respect des réglementations européennes, ce qui peut représenter un frein à cette activité dans la zone OI. Après échange avec un expert local des produits de la mer et du froid, Jacob Cally envisagerait aussi la création d’une « petite unité » de production à Madagascar.