Eco Austral – Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Découvrez tous nos articles en illimité. Je m’abonne

Logo Eco Austral
n

Eco Austral - Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Afrique

Propositions pour une nouvelle politique africaine de la France

Devant les difficultés que rencontre la France en Afrique, du moins dans ses anciennes colonies, il est temps de changer de politique. Bernard Lugan analyse la situation et propose des orientations.

La nouvelle politique africaine de la France devra passer par la prise en compte de trois réalités :

* Les problèmes de l’Afrique sont démographiques, climatiques, économiques et ethno-politiques. La France n’est pas en mesure de les régler.

* La lutte contre le terrorisme en Europe ne se livre pas au Sahel car les groupes terroristes sont étroitement sahélo-centrés et aucun attentat en France n’a été commis par eux. Quant à l’immigration, comme il est illusoire de penser qu’il est possible de la traiter dans des intérieurs africains en totale anarchie, c’est en Méditerranée qu’il faudra agir, et très vigoureusement.

* L’Afrique ne compte pas pour l’économie française : moins de 5 % du commerce extérieur français dont la moitié avec le Maroc, l’Algérie et la Tunisie. L’Afrique subsaharienne n’est pas un réservoir de matières premières pour la France car, dans sa totalité, elle représente à peine 1,5 % de toutes ses importations, y compris pétrole, gaz, fer, uranium, etc. Quant à la zone CFA, elle représente 0,79 % de tout le commerce extérieur français.

Pour la France, aujourd’hui comme hier durant la période coloniale (voir mon livre Pour répondre aux décoloniaux et aux terroristes de la repentance), l’Afrique n’est donc ni un débouché ni un fournisseur « significatif ». Elle n’y a donc pas d’intérêts économiques nationaux à y défendre.

Ceci étant, quatre grandes orientations devront être données à la nouvelle politique française :

1 – Abandon de notre prétention à l’universalisme démocratique et sociétal. En effet, trois décennies après l’injonction faite à l’Afrique par François Mitterrand, lors de son « discours de La Baule » le 20 juin 1990, la démocratie qu’il postulait être le remède aux maux du continent n’y a apporté ni développement économique ni stabilité politique, et encore moins la sécurité.

2 – Comment imaginer pouvoir « développer » un continent qui, dans les années 2050, aura une population comprise entre 2 et 3
milliards d’individus (dont 90 % au sud du Sahara), puis de plus de 4 milliards en 2100, soit un tiers de la population mondiale ?

3 – Ouverture de nouveaux partenariats avec les pays africains anglophones, là où nos relations ne sont pas « polluées » par la « culpabilisation » coloniale.

4 – Abandon du Sahel et des zones africaines enclavées. En revanche, établissement ou renforcement de très sérieux et très solides partenariats avec l’Afrique du Nord et l’Afrique sud saharienne littorale. En définitive, renouer avec la tradition maritime du XVIIIe siècle, en faisant des littoraux nos bases d’action et en laissant à ceux qui ne se sont pas encore « brûlé les ailes » la découverte des « subtilités » des intérieurs du « Continent mystérieux »…

Bernard Lugan : Historien français spécialiste de l’Afrique où il a enseigné durant de nombreuses années, Bernard Lugan est l’auteur d’une multitude d’ouvrages dont une monumentale Histoire de l’Afrique. Et il vient de rééditer son Histoire de l’Afrique du Sud. Il a été professeur à l’École de guerre, à Paris, et a enseigné aux écoles de Saint-Cyr-Coëtquidan.
Il a été conférencier à l’Institut des hautes études de défense national (IHEDN) et expert auprès du Tribunal pénal international pour le Rwanda-ONU (TPIR). Il édite par Internet la publication mensuelle L’Afrique Réelle.