Eco Austral – Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Découvrez tous nos articles en illimité. Je m’abonne

Logo Eco Austral
n

Eco Austral - Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Réunion

Soutien aux entreprises : deux outils financiers bientôt relancés par la Région

Ambroise Fayolle, vice-président de la Banque européenne d’investissement (BEI), a signé le 2 novembre dernier avec Huguette Bello un nouveau partenariat afin de relancer deux outils financiers de soutien aux entreprises réunionnaises. Regroupés sous la bannière Faire (Fonds d’aide à l’investissement régional pour les entreprises), ils seront opérationnels d’ici la fin du premier semestre 2024, une fois sélectionnés les intermédiaires qui animeront deux dispositifs, dans la continuité de ceux qui avaient été mis en place en 2017, sous la mandature précédente et l’appellation Financière Région Réunion.

Le premier sera un outil de prêt partiellement bonifié, avec garantie allégée. Dans sa version précédente, sur laquelle la BFC s’était positionnée, il avait facilité l’accès au crédit de plus de 500 entreprises et soutenu près d’un millier d’emplois. Le second sera un outil de renforcement du haut de bilan, avec prises de participation dans des entreprises en développement. Le dispositif précédent, qui reste actif, était géré par Apicap et a permis, plus modestement, de soutenir neuf entreprises en y injectant 6,1 millions d’euros.

Chaque dispositif pourra être porté par un ou plusieurs intermédiaires, qui ont jusqu’à la fin février 2024 pour déclarer leur candidature dans le cadre d’un appel à manifestation d’intérêt. Avec le soutien du Fonds européen de développement régional (Feder), la Région injectera 44,8 millions d’euros dans Faire. Avec l’apport des établissements financiers, plus de 70 millions d’euros de financements seront ainsi accessibles aux entreprises locales, sous forme de crédit ou de confortement de haut de bilan. Les petites entreprises sont plus particulièrement ciblées et un nouveau critère fait son apparition, au nom du green deal européen : 30 % au moins des projets soutenus devront répondre aux objectifs de la transition écologique.

La gestion globale du dispositif est confiée par la Région au Fonds européen d’investissement, filiale de la BEI dédiée aux financements indirects. Ambroise Fayolle n’a pas manqué de rappeler, lors de sa venue à La Réunion, le soutien ancien apporté par son établissement à la Région. La banque européenne a participé au financement de la route des Tamarins, dont la collectivité continue à rembourser les prêts, et à celui de la Nouvelle route du littoral. « Nous sommes très attentifs à ce dossier et nous considérons que nous faisons partie de la solution », a commenté Amboise Fayolle, qui n’ignore rien du poids que continuera à faire peser ce chantier interrompu sur les finances régionales pendant de longues années encore.