Eco Austral – Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Découvrez tous nos articles en illimité. Je m’abonne

Logo Eco Austral
n

Eco Austral - Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Réunion

Vivatech 2024 : dix start-up de La Réunion en première ligne

Les dix start-up invitées par la Région à Viva Technology 2024 bénéficient d’une belle visibilité. Le grand salon parisien de l’innovation permet de multiplier les prises de contact : autant de graines à faire germer. Plus d’informations à venir dans le prochain numéro de L’Eco austral.

Les « jeunes pousses » réunionnaises présentes sur le stand de La Réunion au salon Vivatech sont à des stades différents de leur croissance mais attendent toutes à peu près la même chose : identifier des partenaires techniques, des distributeurs, des clients et, bien souvent des investisseurs intéressés par leur offre.

Fondateur de Duke (aide à l’utilisation des outils d’intelligence artificielle), Stéphane Masson s’estime par exemple insuffisamment avancé pour rechercher une levée de fonds. Il mise en revanche sur sa présence pour gagner en visibilité auprès de clients et de partenaires de distribution potentiels.

Olivier Narayanin (MyAssetRocks, monétisation des actifs corporels d’une entreprise) cherche pour sa part à élargir sa clientèle hexagonale. « Vivatech est un salon très qualitatif pour le BtoB, j’enchaîne les rendez-vous », dit-il. Anne-Laure Morel (Torskal, utilisation de plantes locales et de particules d’or pour soigner des cancers) poursuit pour sa part sa longue quête de partenaires financiers qui lui permettront d’engager des essais cliniques.

Jean-Christophe Habot (FeelBat, détection connectée de fissures et de déformations du bâti ou du terrain) savoure quant à lui la levée de fonds qu’il vient de finaliser avec Apicap et Bpifrance : 1,5 million d’euros qui vont lui permettre de « renforcer nos bases et d’aller plus vite que les concurrents qui nous ont copié ».

Prolongation à Dijon

Ce vendredi 24 mai, à la veille de la fermeture du salon, les représentants de la Région dressaient déjà un bilan positif de cette deuxième participation collective à Vivatech, ou une forte affluence a été enregistrée sur le stand. « Une bannière commune permet de faire venir plus facilement des personnalités », constate Norman Omarjee, vice-président délégué à la mobilité.

« C’est un vrai succès, commente pour sa part Maya Césari, conseillère régionale et présidente de l’Agence régionale d’innovation. Nous avons comptabilisé plus de 15 rendez-vous par entreprise et par jour. Nous allons tirer quelques enseignements de cette édition pour la suite : il nous faut davantage de surface et un espace de pitch, pour nos start-up mais aussi la Région et ses partenaires, afin de présenter La Réunion et ses atouts aux visiteurs ».

La plupart des entreprises réunionnaises présentent à Vivatech jouent les prolongations lundi 27 en métropole. Elles répondent à l’invitation de La French Tech La Réunion, qui organise à leur intention une « learning expédition » à Dijon. La capitale de la Bourgogne a lancé un projet de « smart city » où les équipements publics sont gérés par des outils connectés, en lien avec diverses entreprises innovantes.

Le déplacement peut être source d’inspiration, voire d’opportunités de marchés, « mais aussi l’occasion d’échanger avec les grands groupes français très actifs dans la région : Orange, Vinci, Suez, Cap Gémini », ajoute Julie Van Snick, directrice générale de La French Tech La Réunion.

Add Comment