Eco Austral – Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Découvrez tous nos articles en illimité. Je m’abonne

Logo Eco Austral
n

Eco Austral - Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Portrait Didier Fauchard
Réunion

Le Medef lance un cri d’alarme

Selon Didier Fauchard, président du Medef Réunion, les milieux économiques des Dom doivent se mobiliser sans attendre : le gouvernement chercherait à faire des économies sur l’Outre-mer dès la prochaine loi de finances.

Le Medef Réunion est « vent debout » contre une remise en cause des exonérations de charges sociales dont bénéficient de nombreuses entreprises ultramarines et « qui permettent de maintenir notre économie à flot », estime son président Didier Fauchard. Selon ce dernier, s’exprimant devant la presse le 6 juin, le gouvernement va chercher à faire des économies en introduisant dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale 2025 une modification de la Loi pour l’ouverture et le développement économique de l’Outre-mer.

Les exonérations de charges sont « le premier levier de compétitivité de nos entreprises et le principal dispositif de soutien à l’emploi salariés privé », insiste Didier Fauchard, inquiet des intentions du gouvernement qui vient de confier une mission à l’Inspection générale des finances et à l’Inspection générale des affaires sociales pour mesurer l’efficacité des mesures sociales de la Lodéom. « Nous serons intraitable, a martelé le président du Medef Réunion : touche pas nos exos, même pas un coup de rabot ! ».

Le 4 juin, lors de son assemblée générale à Paris, la Fédération des entreprises des Dom avait tenu le même langage dans une motion : « l’annonce récente par le gouvernement d’une mission d’évaluation de ces régimes Lodéom ne doit en aucun cas conduire à une remise en cause du niveau de soutien à l’emploi déterminé par ce dispositif ».

« La réforme de l’octroi de mer est en marche »

Autre sujet d’inquiétude de l’organisation patronale : l’octroi de mer. Sa réforme est « inéluctablement en marche à Paris et il est infiniment souhaitable qu’elle se fasse avec nous, plutôt que sans nous et encore moins contre nous », explique Didier Fauchard, introduisant de fait l’acceptation de certaines évolutions. Le Medef Réunion a fait savoir au préfet qu’il souhaitait participer à des groupes de travail sur le sujet, pour préserver le rôle de protection de la production locale de l’octroi de mer et « la sanctuarisation du budget des collectivités et le grand principe de sa gouvernance locale ».

Le Medef Réunion renouvelle enfin son soutien à la filière BTP, en appelant à une relance de la commande publique, la réduction des délais de paiement et le raccourcissement des process administratifs, pour « une relance vitale de l’activité, dans des délais très courts ».