Eco Austral – Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Découvrez tous nos articles en illimité. Je m’abonne

Logo Eco Austral
n

Eco Austral - Actualités économiques et entreprises de l'Océan Indien

Maurice

TRAITÉ DE LIBRE-ÉCHANGE AVEC LA CHINE : Comment mieux en profiter

Les importations en provenance de Chine ont atteint un niveau record en 2022 : 47 milliards de roupies (environ 980 millions d’euros). Mais comment optimiser l’accord de libre-échange, signé par Maurice et la Chine en 2021, même si les échanges économiques entre les deux pays ont crû de façon significative ces deux dernières années ? Et faire en sorte que les entreprises des deux pays tirent avantage d’un accord unique en Afrique. Une délégation du China Council for the Promotion of International Trade (CC-PIT) – organisme de promotion de l’investissement fondé en 1952 – était à Maurice en janvier pour explorer les pistes de coopération, en partenariat avec la Chambre de commerce et d’industrie de Maurice (MCCI).

Les deux parties se sont surtout penchées sur le volet services de l’accord. Il prévoit l’accès aux marchés pour plus de 100 secteurs des services, mais il reste encore beaucoup à faire pour que les opérateurs puissent bénéficier de ce cadre régulateur. À l’issue de leur rencontre les deux organismes ont retenu quelques points forts. « Il est impératif de créer un répertoire de produits, de services, de canaux d’approvisionnement et de distribution de et vers la Chine », insiste Drishtysingh Ramdenee, secrétaire général de la MCCI. Le volet services peut offrir des opportunités dans les secteurs des technologies et de la formation.

Zhang Shaogangh, vice-président du CCPIT, qui dirigeait la délégation chinoise, a souligné l’importance de vulgariser les termes de l’accord au sein des communautés des affaires de Maurice et de Chine. Une responsabilité qui incombe à son organisme, côté chinois, et à la CCIM, côté mauricien. Webinaires, rencontres B2B, campagnes de sensibilisation : tous les moyens seront bons pour toucher les entrepreneurs des deux pays. Dans la foulée, une rencontre a d’ailleurs eu lieu entre la MCCI et les hommes d’affaires chinois de la délégation, issus de secteurs tels que la construction, les services en ligne, l’import-export et les services juridiques.

Add Comment